Après une collecte de 400 millions d'euros en 2007, Acropole AM s'étend à l'international

le 04/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Créé en 2006, le spécialiste des obligations convertibles gère plus de 650 millions d'euros. Il compte lancer son premier fonds luxembourgeois

Loin des difficultés rencontrées par d'autres boutiques comme Richelieu Finance ou Tocqueville,  Acropole Asset Management (AM), toute jeune société de gestion créée en 2006, organisait vendredi une conférence destinée à ses clients et à la presse. A cette occasion, elle a annoncé un encours de 650 millions d’euros. Entre des marchés actions de nouveau volatils, des taux au plus bas, des matières premières au plus haut, et l’effondrement des valeurs immobilières, les temps sont au beau fixe pour les obligations convertibles en actions. « Nous avons collecté près de 400 millions d’euros en 2007 », a déclaré Jacques Joakimides, président directeur général d’Acropole AM. Forte de son succès, la société spécialisée sur cette gamme d'actifs, vient de déménager pour des locaux plus grands et compte recruter trois nouveaux collaborateurs cette année (pour un total de 10 actuellement).

Parmi les projets de développement (la gamme comprend aujourd’hui quatre fonds ouverts et deux dédiés), la direction travaille au lancement au premier semestre d’un fonds directionnel investi sur l’Asie (Japon compris). « Alors que la demande s’est concentrée pendant des années sur les valeurs européennes, nous avons affaire à une demande plus pointue en termes de zone géographique. Les investisseurs sont intéressés par l’Asie et y aller à l’aide d’obligations convertibles leur paraît plus sécurisant», indique le PDG. Le fonds sera agréé au Luxembourg afin d’être distribué plus facilement à l’international.

« En raison de notre forte spécialisation nous devons élargir notre base de clientèle qui compte à ce jour 15 % de clients étrangers », explique Nathalie Sabathier, directeur du développement. Interrogée à cause de sa taille sur sa capacité à faire face à des retraits importants d’investisseurs, la direction se veut confiante. « Alors que les marchés sont très difficiles depuis le début de l’année nous n’avons eu aucun retrait. En outre, nous n’avons aucun problème pour assurer la liquidité de nos fonds, 80 % des titres pouvant être vendus en quelques heures et le reste en deux ou trois jours», assure Jacques Joakimides.

Détenue par ses quatre associés fondateurs (à hauteur de 51 %) ainsi que par le britannique Cheyne Capital (33,5 %), UFG (14,5 %) et la Matmut (1 %), Acropole AM vise des encours sous gestion de 800 millions d’euros d’ici la fin de l’année. « Mais nous sommes en avance sur notre objectif », se réjouit Jacques Joakimides.

A lire aussi