« A horizon six à neuf mois les marchés sont clairement dans une zone d’achat »

le 18/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

explique Catherine Garrigues, responsable de la gestion actions européennes chez Allianz Global Investors France

L’Agefi : Au regard de la volatilité des marchés, pourriez-vous accentuer l’aspect défensif de votre portefeuille ?

Catherine Garrigues : Vous posez la question du scénario macroéconomique, et la volatilité du marché s’explique par la forte dispersion des anticipations concernant ce scénario. Si on croit au découplage des zones géographiques en terme d’autonomie de croissance, alors les marchés ont trop baissé et ont un potentiel de hausse important; dans ce cas il faut revenir sur les valeurs cycliques qui ont fortement chuté depuis six mois, tandis que les valeurs défensives devraient marquer le pas. Si au contraire on pense que la récession américaine va se propager au reste des économies occidentales, et que la crise financière peut conduire à un credit crunch, alors les marchés peuvent rester fragiles et la baisse n’est pas terminée. Ce n’est pas notre scénario. Nous croyons que les marchés sont en train de s’assainir, et qu’à un horizon 6 à 9 mois les marchés sont clairement dans une zone d’achat.

Pourquoi vous mettez-vous à l’écart du secteur de l’énergie ?

Nous avions allégé les valeurs parapétrolières fin 2007, pour plusieurs raisons : ce sont essentiellement des midcaps, qui ont été emportées par la désaffection qui a touché cette catégorie de valeurs. De plus elles sont très sensibles au dollar, et elles étaient relativement chères, surtout par rapport au reste du secteur pétrolier. Nous sommes récemment revenus sur ces valeurs, Technip, SBM offshore, considérant que dans un environnement de baril durablement élevé, les perspectives de croissance sont toujours fortes. Le secteur peut de surcroît être de nouveau animé par des opérations de fusion. Il faut se rappeler que Technip avait fait l’objet de rumeurs de rapprochement avec Saipem, les deux sociétés étant complémentaires sur le plan géographique et financier.

A lire aussi