Les fonds obligataires portent la collecte des ETP depuis janvier

le 14/06/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les produits répliquant des actifs à taux fixes ont engrangé des flux supérieurs de 40% à leur niveau de 2015, selon les statistiques de BlackRock.

Les fonds obligataires portent la collecte des ETP depuis janvier

Les ETP (Exchange traded products) continuent sur leur lancée de 2015. Cette catégorie de produits financiers, qui inclut les ETF, les fonds indiciels et les ETN (Exchange traded notes), a engrangé des flux nets de 10,7 milliards de dollars (9,5 milliards d’euros) au mois de mai, selon le gérant BlackRock. Grâce au dynamisme des ETP obligataires, qui ont engrangé des volumes supérieurs de 40% à ceux comptabilisés à la même date en 2015, le segment a capté 93,4 milliards de dollars depuis janvier.

En retrait de 24% par rapport à la même période de l’année dernière, marquée par une collecte record de 347 milliards de dollars, ces flux n’en confirment pas moins l’intérêt intact des investisseurs pour ces produits moins coûteux que la gestion active. Face au très faible niveau des taux d’intérêts, les ETP focalisés sur la génération de rendement ont d’ailleurs engrangé 25,9 milliards de dollars depuis janvier, soit davantage que sur toute l’année 2015.

En Europe, le début d’année n’a en revanche pas été très porteur sur le front des ETP actions. Ces derniers ont enregistré la plus mauvaise performance des différentes classes d’actifs, avec des sorties nettes de 5,1 milliards de dollars. « Les sorties dépassent 20 milliards de dollars depuis le début de l’année, un renversement brutal par rapport à la collecte de 80 milliards de 2015. Les mesures de la BCE n’ont pas encore calmé les craintes sur la croissance et la faible inflation », estime BlackRock.

Malgré cette contre-performance, le Vieux Continent a enregistré une croissance de 4,9% de ses encours, contre une progression de 3,1% outre-Atlantique. En pleine phase de développement, le compartiment comble progressivement son retard sur son cousin américain, qui cumule des encours de 2.235 milliards de dollars quatre fois supérieurs. Ce dynamisme attise les convoitises, à l’image de la duplication récente par BlackRock de son ETF américain de titrisations hypothécaires en Europe.

Pour l’heure, le premier gérant mondial bénéficie d’une position largement dominante sur le Vieux Continent. BlackRock revendiquait ainsi une part de marché à fin mai de 46,4%, en progression de 0,3 point par rapport à la fin 2015. Au coude à coude sur le podium, Deutsche Bank et Lyxor, la filiale de Société Générale, ont quant à eux enregistré des baisses respectives de 0,2 et 0,5 point, à 11,8% et 9,9%. Suivent UBS (5,5%) et Crédit Agricole (4%).

A lire aussi