Les «Panama papers» intéressent les services fiscaux et les superviseurs

le 04/04/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Les «Panama papers» intéressent les services fiscaux et les superviseurs
(© Fotolia)

Les «Panama papers», ces documents sur les clients du cabinet juridique panaméen Mossack Fonseca mis au jour par une centaine de médias du monde entier, suscitent une salve de réactions lundi. «La France va, en application des conventions fiscales qui la lient à ses partenaires, solliciter la transmission du fichier "Panama Papers", comme elle a elle-même eu l'occasion de transmettre la liste HSBC au cours des dernières années», a indiqué Bercy.

Le gouvernement britannique a demandé une copie des documents, en promettant d'agir au cas où ils révéleraient des faits d'évasion fiscale. Ces documents, transmis par un lanceur d'alerte, révèlent selon le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) de multiples informations sur des avoirs cachés dans des paradis fiscaux par des milliers de personnes ou organisations.

Parmi les noms de bénéficiaires de mécanismes d'évasion fiscale cités dans la presse britannique figurent celui du père - aujourd'hui décédé - du Premier ministre David Cameron, ainsi que ceux de plusieurs membres, anciens élus et donateurs du Parti conservateur.

Le ministre des Finances néerlandais a également indiqué que le fisc du pays examinerait les documents de près. Du côté des superviseur financiers, la FMA autrichienne a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les pratiques antiblanchiment de Raiffeisen Bank International et Hypo Landesbank Vorarlberg. La FSA suédoise enquête pour sa part sur Nordea.

Sur le même sujet

A lire aussi