L’embellie du crédit en zone euro franchit un nouveau seuil

le 30/03/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Au mois de février, le rythme de croissance des prêts aux entreprises et aux ménages est revenu sur ses plus hauts niveaux depuis l'année 2011.

L’embellie du crédit en zone euro franchit un nouveau seuil
Le rythme de croissance des crédits bancaires accordés aux ménages de la zone euro a accéléré à 1,6% en février.
(Crédit Fotolia.)

Ce qui n’était qu’un léger frémissement commence à prendre de l’ampleur. Les chiffres publiés par la BCE hier montrent que le rythme de croissance des crédits bancaires accordés aux ménages au sein de la zone euro a accéléré à 1,6% au mois de février, après la hausse de 1,4% en janvier. Un rythme qui n’avait plus été enregistré depuis le mois d’octobre 2011 et qui a été tiré à la fois par les crédits hypothécaires et les crédits à la consommation. «La croissance du crédit en glissement annuel reflète en partie des effets de base, mais elle confirme la bonne transmission des mesures de politique monétaires mises en place par la BCE depuis 2014» estime Louis Harreau, économiste chez Crédit Agricole CIB.

Cette amélioration a également profité aux entreprises non financières. Si la croissance du crédit à ce secteur partait d’un rythme nettement plus faible, elle a atteint 0,9% sur un an en février, soit 0,3 point de plus qu’en janvier. Après un fort recul en décembre dernier, le rythme de hausse sur 6 mois des prêts aux entreprises non financières a même atteint 1,5%, soit son niveau le plus élevé depuis l’automne 2011. Avec la mise en place des mesures d’assouplissement ciblées sur le crédit annoncées par la BCE à sa dernière réunion (nouvelles TLTRO et rachats d’obligations d’entreprises), le rythme de hausse devrait même franchir le seuil des 2% d’ici la fin de l’année, estime SG CIB.

Parmi ces nouvelles mesures, «les TLTRO restent le meilleur instrument pour accroître le bilan de la BCE et soutenir le crédit bancaire – sans nuire aux banques et sans créer de distorsion de marché excessive – et ils devraient prouver leur efficacité à moyen terme pour l’économie de la zone euro», estime Louis Harreau. En revanche, si les rachats d’obligations corporates notées en catégorie investissement ont pour but d’améliorer les conditions de financement des entreprises, CA CIB doute des effets de cette mesure.

Le dernier rapport sur les conditions de crédit en zone euro («bank lending survey») publié en janvier par la BCE montrait déjà une amélioration pour le secteur des entreprises dans l’ensemble des pays sauf la France au cours du dernier trimestre 2015, avec une forte augmentation de la demande de crédits de la part des entreprises qui devrait en outre perdurer au cours des prochains mois.

La prochaine enquête bancaire sera publiée le mois prochain et dressera la tendance du premier trimestre 2016.

Sur le même sujet

A lire aussi