Le secteur privé prend la main sur les émissions d'obligations vertes

le 23/06/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Morgan Stanley, Bank of America, ABN Amro mais aussi Digital Realty Trust et Unibail-Rodamco ont gonflé l'offre sur le marché primaire.

Le secteur privé prend la main sur les émissions d'obligations vertes

Les entreprises sont devenues les plus gros émetteurs de «green bonds», devant le secteur public. Sur le montant total d'émissions d’obligations vertes réalisées depuis le début de l’année de 17,3 milliards d’équivalents dollars, le secteur privé a accaparé 9 milliards, soit 53% du total. «Les grosses émissions de sociétés telles que TenneT, TerraForm et ABN Amro indiquent que le marché continue de croître et de se diversifier. Les entreprises sont devenues les principaux émetteurs, et le marché est tiré par celles dont les activités cœur ne sont pas liées à l’environnement, comme les services financiers et l’immobilier», précise Bank of America Merrill Lynch dans une récente étude.

Parmi les sociétés financières, qui détrônent désormais les utilities sur le marché primaire, Morgan Stanley a émis 500 millions en dollars en juin, en plus des 550 millions en euros levés par ABN Amro et des 600 millions de dollars américains et australiens levés par ANZ et Bank of America le mois dernier. En outre, la société immobilière américaine Digital Realty Trust a également émis la semaine dernière 500 millions de dollars de «green bonds», après les émissions réalisées par le suédois Rikshem et par Unibail-Rodamco pour des montants respectifs de 700 millions de couronnes et d’un milliard d’euros.

Dans ce contexte, les groupes supranationaux (Banque mondiale, BEI, BERD, Asian Development Bank) ont vu leur poids dans les émissions vertes se réduire à 20% cette année, alors que celui des Etats et des gouvernements locaux est tombé à respectivement 16% et 13%. Sur un marché qui a désormais atteint une taille de 71,5 milliards de dollars d’obligations libellées en 23 devises différentes, S&P estime que les émissions réalisées par les seules entreprises pourraient atteindre environ 30 milliards cette année, après 18,4 milliards l’an dernier et 4 milliards en 2013.

«La croissance devra être accompagnée d’un accroissement de la standardisation, du développement des assurances tripartites, de soutien politique, et d’une plus grande maturité et diversification du marché des green bonds», estime néanmoins BoA Merrill. En avril, l’allemand Berlin Hyp a été le premier à émettre des «covered bonds» verts adossés à des actifs hypothécaires à critères environnementaux pour 500 millions d’euros. Une émission notée AAA qui a bénéficié d’une demande quatre fois supérieure à l’offre pour un rendement consenti de seulement 0,125%.

Emissions crédits. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Emissions crédits. Illustration L'Agefi.

A lire aussi