La hausse des rendements occidentaux frappe les marchés émergents

le 15/06/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les fonds actions chinois ont encaissé des sorties nettes record de 7,1 milliards de dollars, et les fonds de dette émergente de 800 millions.

Les marchés émergents commencent à sentir le coup de chaud. Les sorties de capitaux massives hors des fonds indexés sur les actions chinoises, à hauteur de 7,1 milliards de dollars, expliquent en grande partie l’hémorragie record depuis 2008 enregistrée sur la classe d’actifs au cours de la semaine achevée jeudi dernier. Les statistiques hebdomadaires publiées par EPFR montrent qu’elles représentent ainsi 76% des 9,3 milliards de dollars de sorties nettes hors des fonds actions globaux, alors que les actions japonaises ont engrangé 1,2 milliard et les actions européennes 93 millions.

En outre, le fonds ETF «Huatai-Pinebridge» indexé sur l’indice actions chinois «CSI 300» a encaissé à lui seul 5,1 milliards de retraits nets sur la semaine, témoignant ainsi de la fragilité des marchés actions chinois, qui avaient enregistré trois semaines d’entrées nettes consécutives auparavant, dont un montant record de 4,6 milliards sur la dernière semaine de mai. Malgré ce revirement de la part des investisseurs internationaux, les indices de Shanghai et de Shenzhen ont poursuivi leur hausse, de 2,9% chacun la semaine dernière, tirés par les investisseurs locaux particuliers.

La dette émergente n’a pas été épargnée par ce violent mouvement, avec des sorties nettes qui ont atteint un montant de 800 millions de dollars, soit les plus importantes depuis 20 semaines. «Les devises émergentes les plus traitées ont reculé de 5% en moyenne contre dollar depuis le début du mois de mai, avec une hausse parallèle des rendements des obligations libellées en devises locales d’environ 25 pb. Même les titres souverains et corporates qui avaient bien performé cette année ont vu le niveau de leurs spreads s’écarter des rendements des Treasuries américains de 10 à 20 pb», ajoute SG CIB.

«Les marchés de taux semblent plus inquiets de savoir si la hausse des rendements européens et américains va conduire à une réallocation des actifs vers les pays développés, et sortent ainsi leurs capitaux des marchés émergents», explique SG CIB. L’amélioration de la conjoncture aux Etats-Unis avant la réunion cruciale du FOMC de la Fed qui se tient mercredi, ainsi que la dissipation des craintes déflationnistes en zone euro pourraient en effet conduire les investisseurs internationaux à déboucler leurs positions de «carry trade» qui avaient jusqu’ici profité aux marchés émergents.

A lire aussi