La fermeture de la Bourse d'Athènes force l'arrêt de la cotation d'ETF

le 02/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Un ETF offrant une exposition aux actions grecques continue cependant à traiter sur Nyse Arca aux Etats-Unis.

Les amateurs de fonds indiciels cotés (ETF) souhaitant modifier leur exposition aux actions grecques peuvent le faire en Bourse aux Etats-Unis mais pas en Europe. L’ETF de Lyxor ETF FTSE Athex 20 qui suit l’indice représentant les grandes capitalisations de la Bourse d’Athènes a vu sa cotation arrêtée sur les places boursières française, allemande et italienne. La cotation de l’ETF a été suspendue en France et en Italie alors que la Bourse d’Athènes est fermée depuis lundi et jusqu’au 6 juillet en raison de la préparation par le gouvernement grec d'un référendum sur le plan de réformes proposé par ses créanciers. L’ETF pouvait encore être traité à Francfort lundi jusqu’à ce que le régulateur des marchés, la Bafin, demande la suspension après une chute de près de 20% du titre. Un porte-parole de Lyxor précise que la cotation primaire de son fonds est suspendue tant que «les circonstances exceptionnelles affectant les titres grecs le justifieront».

Dans le même temps, l’EFT Global X FTSE Greece 20 ETF coté aux Etats-Unis sur Nyse Arca traite toujours. Après avoir chuté de près de 19% lundi alors que la Grèce a mis en place un contrôle des capitaux, le cours de l’ETF remontait la pente mardi en gagnant 6%. Il était en hausse de près de 5,57% hier en fin d’après-midi. Et ce, alors qu'Athènes ne s’est pas acquitté de sa dette vis-à-vis du FMI et que le programme avec le fonds de secours européen a pris fin mardi.

«Le marché secondaire joue son rôle de découverte du prix et implicitement met un prix sur les actifs grecs qui ne cotent plus», explique un spécialiste des ETF, à propos du fonds coté aux Etats-Unis. «Le volume global de l’ETF reste le même, il n’y aura pas de création ou rédemption, mais en revanche si des porteurs veulent vendre leurs parts et trouvent quelqu’un dans le marché, ils peuvent le faire», poursuit le professionnel.

«Quand le marché sous-jacent n’est pas ouvert, il n’est pas possible d’assurer une liquidité sur des quantités et des tailles extrêmement importantes», explique un autre spécialiste du marché. «Après, il y a une décision commerciale qui peut être prise. Vous pouvez décider d’assurer une liquidité en continu et vous donnez un prix à cette liquidité. Quand les marché sous-jacents sont fermés, elle peut être très chère.» Quoi qu’il en soit, «l’arrêt de cotation est vraiment un cas extrême».

A lire aussi