La faible reprise de l’immobilier en Chine renforce les craintes sur l’économie

le 04/08/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le prix du logement s’est légèrement repris de 0,5% ces trois derniers mois, mais le secteur sert de collatéral aux investissements en actions chinoises.

Si les investisseurs se sont concentrés ces dernières semaines sur l’explosion de la bulle des actions chinoises, leurs inquiétudes reviennent vers le marché immobilier. Le prix moyen des logements dans les 100 plus grandes villes du pays a progressé de 0,5% en juillet pour le troisième mois consécutif. Malgré cette légère reprise par rapport à des niveaux exceptionnellement bas, l’investissement immobilier a ralenti à un rythme de 4,6% au cours du premier semestre, alors qu’il était supérieur à 13% un an auparavant.

En outre, «le marché immobilier en Chine continue de faire face à de nombreux risques, les biens pouvant être utilisés par les particuliers comme collatéral à leurs opérations de trading sur marge sur le marché actions, ce qui introduit encore davantage de risques dans les périodes de volatilité des marchés», alerte RBS.

Or, avec un secteur qui représente 15% du PIB chinois, «une reprise du marché immobilier est essentielle pour atteindre l’objectif de croissance du gouvernement de 7% cette année», rappelle ING. L’indice PMI d’activité dans le secteur manufacturier est ressorti en baisse pour s’établir juste au niveau du seuil des 50 points indiquant le point de stabilité. L’indice Caixin manufacturier a même chuté de 4 points pour tomber à 47,8 points, son plus faible niveau depuis le mois de juillet 2013, avec un sous-indice de production en baisse de 6 points à 47,1, un niveau qu'il n’avait pas atteint depuis novembre 2011. Ces indices semblent suggérer un rythme de croissance du PIB chinois de 6,8% cette année, néanmoins conditionné à une stabilisation de l’investissement immobilier et une accélération des investissements en infrastructures au cours du second semestre, selon Barclays.

Dans ce contexte, outre les mesures d’assouplissement monétaire mises en place par la PBOC depuis quelques mois qui devraient se poursuivre, le gouvernement chinois se prépare à lancer un programme de relance budgétaire pour soutenir l’activité. Bloomberg rapporte ainsi que les membres du parti communiste auraient annoncé la semaine dernière que des ajustements budgétaires «préemptifs» seront réalisés au cours du second semestre de l’année. «Les mesures de relance les plus efficaces sont budgétaires et non monétaires. Si ces dernières peuvent réduire les coûts de financement, elles ne peuvent garantir la relance du crédit et compenser la faiblesse actuelle de la demande du secteur privé», indique SG CIB.

A lire aussi