«D’un point de vue régional, nous préférons les actions japonaises»

le 22/06/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Patrick Moonen, stratégiste et membre de l'équipe d'allocation tactique chez NN IP

- L’Agefi: Pourquoi êtes-vous l’un des moins optimistes du Panel sur les marchés actions occidentaux à horizon un an ?

- Patrick Moonen: Notre fort modeste optimisme est lié à deux éléments. Le premier est la hausse attendue des taux aux Etats-Unis. Cela va conduire à des multiples de valorisation bas. Dans le passé, ceux-ci étaient compensés par une hausse des bénéfices, mais cela pourrait bien être différent aujourd’hui. Un dollar américain plus fort et un manque de croissance de la productivité pourraient entamer les marges de profit. Le second élément a trait aux valorisations, leurs niveaux se situant au-dessus de la moyenne à la fois aux Etats-Unis et en Europe. Le Japon fait exception à la règle. Ainsi, d’un point de vue régional, nous préférons le marché des actions japonaises.

- La crise grecque aura-t-elle un fort impact sur l’évolution des Bourses ?

- Jusqu’à présent, l’impact de la crise grecque a été limité, car les marchés croient en une issue positive. Cependant, le vent pourrait tourner, car les négociations se trouvent dans une impasse. Un accord est toujours possible (ce ne serait pas la première fois que les politiciens parviendraient à une solution de dernière minute), qui pourrait pousser les marchés de la zone euro à la hausse. Le scénario d’un défaut ou Grexit provoquerait une forte hausse de la volatilité ainsi qu’une correction à court terme. A moyen terme, nous ne pensons pas que la Grèce puisse faire dévisser les marchés d’actions, eu égard à l’amélioration de l’économie et des fondamentaux des bénéfices, et d’une contagion limitée par la BCE

Panel Actions. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Panel Actions. Illustration L'Agefi.

A lire aussi