La banque centrale turque adapte ses outils de politique monétaire

le 03/08/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le corridor de taux introduit en 2010 devrait être abandonné au profit d’un taux de référence unique, qui devrait se situer entre 10% et 10,75%.

La banque centrale de Turquie (CBT) va se lancer dans un vaste processus de simplification de ses outils de politique monétaire. Une réforme réclamée de longue date par les investisseurs, les institutions internationales (FMI) et les agences de notation. Un rapport détaillé sera publié au cours du mois d’août dans le but de gagner en efficacité et en crédibilité auprès des investisseurs, et d'anticiper la baisse de la volatilité des taux longs consécutive au déclenchement du processus de normalisation monétaire aux Etats-Unis ainsi que dans les autres pays développés.

Le couloir de taux de prêt et d’emprunt au jour le jour introduit en 2010 mais devenu coûteux en termes d’ajustement des provisions de liquidités qui se fait au niveau du taux «repo» à une semaine, devrait être abandonné au profit d’un taux interbancaire au jour le jour (JJ) unique. Celui-ci devra conserver les conditions monétaires actuelles inchangées. «Potentiellement, cette simplification devrait être prise de manière positive par les investisseurs, mais cela dépendra très certainement en grande partie du niveau du nouveau taux de référence», estime Barclays.

Le couloir de taux se situe entre 7,25% et 10,75%, et le taux repo à une semaine à 7,50%. En période de tensions sur les marchés comme c’est le cas actuellement, la CBT oriente le taux repo JJ vers le haut de la fourchette (10,75%) en resserrant ses apports de liquidité, mais fournit les banques à des taux plus faibles de 8,5%, contre un niveau de 9,3% sur le marché interbancaire. Les économistes estiment ainsi que le nouveau taux devra se situer entre le coût moyen pondéré des dépôts en livre turque à environ 10%, et 10,75% pour maintenir les conditions monétaires inchangées.

«Fixer le nouveau taux de référence sous le taux de prêts (10,75%) pourrait peser sur la livre», ajoute Barclays. Les tensions géopolitiques avec la Syrie et la pression des séparatistes kurdes, les tiraillements politiques faisant craindre de nouvelles élections, ont fait chuter la devise de 5% contre dollar depuis mi-juillet.

La CBT, qui fournit déjà de 30 à 60 millions de dollars par jour en liquidités aux banques et procède à des injections directes pour couvrir les besoins de change des entreprises d’Etat, envisage également de baisser le taux sur les réserves de change, actuellement de 3%, afin d'alléger le coût des transactions bancaires des sociétés avant la hausse des taux de la Fed.

A lire aussi