Les autorités de concurrence suédoises poursuivent Nasdaq OMX

le 01/06/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Elles reprochent au groupe d'avoir saboté le développement de la plate-forme Burgundy qui voulait s'étendre sur les marchés nordiques.

Les autorités de concurrence suédoises veulent mettre à l'amende Nasdaq OMX. Elles ont lancé une action en justice la semaine dernière et demandent à ce que lui soit infligée une amende de 3,3 millions d’euros. Le groupe est accusé d'avoir abusé de sa position dominante et d'avoir empêché en 2010 le développement de la plate-forme alternative Burgundy en Suède.

Basée à Stockholm, celle-ci souhaitait placer ses infrastructures de trading au plus près de celles de ses clients dans un centre de données détenu par Verizon en Suède. En quête de liquidité, la plate-forme espérait permettre à ses clients, et notamment à des traders à haute fréquence, de passer des ordres le plus rapidement possible. Burgundy a été créée en 2009 par un groupe de banques nordiques. A l’époque des faits, Nasdaq OMX avait une part de marché 73% à 86% sur les actions suédoises, finlandaises et danoises. En octobre 2010, Burgundy avait terminé ses négociations avec Verizon afin d’obtenir de la place dans son centre de données. L’apprenant, Nasdaq a contacté Verizon et l’a menacé de délocaliser toutes ses infrastructures en dehors du centre de données. La Bourse a aussi assuré qu’un accord entre Burgundy et Verizon pourrait avoir un impact sur sa collaboration globale avec cette dernière entreprise, explique l’autorité de concurrence suédoise. Verizon s’est incliné et a rompu l’accord trouvé avec Bugundy. La plate-forme a dû placer ses infrastructures de marché dans un centre de données éloigné de ses clients au détriment de la rapidité d’exécution des ordres.

L’affaire illustre la bataille qui a opposé les anciens monopoles boursiers européens aux plate-formes alternatives nées dans le sillage de la libéralisation des marchés de 2007, instaurée par la directive MIF. Elle met également en lumière l’importance stratégique que peut représenter pour un opérateur boursier la localisation de ses infrastructures de trading dans le contexte du développement du trading à haute fréquence.

Même si la plate-forme a déposé la plainte qui a provoqué l’action de l’autorité de la concurrence, «pour Burgundy cela s’est mal terminé», a rappelé le directeur général de l’autorité Dan Sjöblom, dans un communiqué. Burgundy a été rachetée par la Bourse d’Oslo en 2013. «Les entreprises qui étaient auparavant en situation de monopole ont une responsabilité particulière puisqu’elles avaient des avantages compétitifs et un pouvoir sur le marché», a-t-il ajouté.

A lire aussi