Angela Merkel n'est pas favorable à un euro trop fort

le 12/06/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Angela Merkel n'est pas favorable à un euro trop fort

Angela Merkel a fait plier l'euro vendredi matin, dans un marché rendu nerveux par l'enlisement du dossier grec. Dans un discours prononcé devant des dirigeants d'entreprise à Berlin, la chancelière allemande a reconnu qu'un euro fort "signifie qu'il est plus difficile pour (des pays comme l'Espagne et le Portugal-ndlr) de retirer des bénéfices des réformes". En quelques minutes, la monnaie unique est passé de 1,1226 à 1,1158 dollar, avant de remonter légèrement par la suite. "J'aimerais au moins vous demander de comprendre que les banques centrales, comme la Banque centrale européenne, doivent réfléchir à ce qu'il faut faire si le taux d'inflation est aussi bas et à faire en sorte que nous ne nous engagions pas dans un cycle déflationniste", a-t-elle expliqué à ces dirigeants d'entreprises, alors que l'action de la BCE a été critiquée ces derniers mois en Allemagne.

"Le seul fait que Merkel ait choisi de s'exprimer sur l'euro est en soi une surprise", a commenté Geoffrey Yu, responsable de la stratégie devises d'UBS à Londres. "Elle n'avait peut-être pas l'intention d'intervenir de cette manière mais cela confirme ce que soupçonnent depuis longtemps déjà les marchés, à savoir qu'un euro faible reste l'option préférée non seulement des industriels mais des politiques allemands." La monnaie unique reste encore loin de son plus bas de l'année, touché en mars, à 1,0495.

A lire aussi