Le marché des sukuks se trouve amputé de son plus gros émetteur

le 07/01/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Standard & Poor’s estime que les volumes ont fondu de 45% à 63,5 milliards de dollars en 2015, après l’arrêt des émissions de la banque centrale de Malaisie.

L’essor du marché des «sukuks» a subi un coup d’arrêt. L’interruption des émissions d’obligations répondant à la charia islamique au profit des titres courts décidée par la banque centrale de Malaisie (BNM), qui était l’acteur le plus important du marché, a conduit à une chute des volumes totaux...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi