La volatilité sur l’euro/dollar pourrait augmenter

le 26/10/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Laurence Boone, chef économiste France chez Barclays Capital

L'Agefi : Vous attendez-vous à davantage d'interventions verbales des autorités sur les changes, en particulier sur l'euro/dollar ?

Laurence Boone : Au cours des prochains mois, on pourrait observer plus de volatilité sur l’euro/dollar, qui a évolué dans un intervalle assez resserré ces dernier mois. En effet, le marché des taux forward suggère que le billet vert pourrait continuer de se déprécier et nous voyons encore l’euro/dollar au-dessus de 1,50 à un horizon trois mois. C’est principalement les différences de politiques monétaires qui expliquent la tendance baissière du dollar vis-à-vis de l’euro : tant que la Fed restera susceptible de poursuivre sa politique d’assouplissement monétaire, qui est largement plus accommodante que celle de la zone euro, il y aura un biais à la baisse sur le dollar Au total, on risque de voir un peu plus de volatilité et de baisse du dollar, ce qui peut susciter plus d’interventions verbales, européennes notamment.

Comment voyez-vous évoluer le dollar/yen dans les six prochains mois ?

Le rapport avec le yen a évolué, et le taux dollar/yen subit les mêmes pressions que l’euro/dollar. Les taux japonais sont bas, mais comme ailleurs, et la politique monétaire japonaise, même accommodante, l’est moins qu’aux Etats-Unis : il y a ainsi une belle corrélation entre le taux de change et le spread Libor 3 mois dollar/yen qui n’a cessé de baisser depuis le début de l’année. En outre, le nouveau gouvernement semble moins concerné par l’appréciation du yen et affiche une attitude plutôt neutre vis-à-vis du change. Nous prévoyons un yen entre 95 et 100 d’ici la fin de l’année.

A lire aussi