La volatilité du Bund continue de glisser dans un environnement plus serein

le 05/08/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La normalisation sur les marchés et la diminution des facteurs de risque ont précipité la baisse de la volatilité

La poursuite de la détente des volatilités implicite (VI) et historique (VH) depuis la fin du mois de mai est largement imputable à l’amélioration de la situation sur le front du crédit. Depuis début juillet, les taux à 10 ans allemands se sont tendus de 13 pb alors que les spreads des banques se sont resserrés en dépit de la fin des achats de dettes souveraines par la BCE.

L’annonce réconfortante des résultats des «stress tests» des banques en Europe ainsi que l’amélioration de leurs comptes, liée à la baisse des provisions pour risque de crédit, ont rassuré les opérateurs. La publication de bons indicateurs économiques en Europe, comme l’IFO et le PMI, ont également été des facteurs déclencheurs.

La baisse de la volatilité implicite s’explique également par un effet technique lié à des couvertures de positions OTC des banques sur la partie moyen terme de la courbe. La baisse de la volatilité sur le Bobl ainsi qu’un très faible volume d’options échangées ont pesé sur la volatilité à 10 ans.

Le ratio de volatilité VI/VH sur 60 jours est repassé au-dessus du pair mais reste proche de 1 ne traduisant aucune tendance significative sur les anticipations du marché. On note également un faible «smile» aussi bien sur les Calls que sur les Puts. La période estivale ne semble pas propice à la mise en place de nouvelles positions.

La publication du prochain rapport sur l’emploi aux Etats-Unis ce vendredi ainsi que le manque de liquidité, qui a souvent eu par le passé un effet amplificateur, nous semblent constituer une belle opportunité pour jouer un mouvement sur le Bund par le biais des options.

sandrine.renard@newedgegroup.com

herve.leteno@newedgegroup.com

 

A lire aussi