La variété rend la sélection de fonds déterminante

le 18/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le graphique ci-contre compare les densités de probabilité des surperformances des fonds actions européennes sur deux sous-périodes récentes: août 2009 – décembre 2009 et janvier 2010 – mai 2010. Ces deux sous-périodes correspondent à des conditions de marché très différentes puisque la performance moyenne des fonds était respectivement de 9,2% et de -4,1% sur les deux périodes considérées.

Ces densités de probabilité permettent de représenter la fréquence des différents niveaux de surperformance des gérants par l’aire sous chacune des courbes. Par définition, l’aire totale sera égale à l’unité (100%). La représentation graphique de la distribution des surperformances permet d’avoir une information plus complète sur les décisions de gestion des gérants que celle fournie par la tracking error moyenne.

Les distributions des surperformances apparaissent très différentes sur les deux périodes.

La surperformance moyenne depuis le début de l’année apparaît positive (1%), alors qu’elle était nulle sur les cinq derniers mois de 2009. Surtout, la variété a sensiblement augmenté. En effet, 90% des surperformances se situait dans une fourchette de 8,82% la seconde moitié de l’année 2009 contre 13,84% depuis le début de l’année 2010.

Par ailleurs, les performances relatives se sont «normalisées» puisque les groupes de sur/sous-performeurs extrêmes ont disparu.

L’augmentation significative de la diversité des performances rend donc déterminante la bonne diversification de son portefeuille

A lire aussi