Le Trésor américain mise sur l'effet de levier pour liquider les actifs toxiques

le 24/03/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Cinq cents milliards de dollars de prêts et de titres adossés à des actifs pourraient être rachetés au travers de deux dispositifs

La façon dont le gouvernement américain compte sortir les actifs toxiques des banques se précise enfin. Timothy Geithner, le secrétaire au Trésor, a hier dévoilé son programme qui vise à relancer le crédit en nettoyant le bilan des établissements financiers. Au total, 500 milliards de dollars d’actifs devraient être achetés, un montant qui pourrait ensuite être doublé. Le Trésor devrait dédier 75 à 100 milliards de dollars de son fonds de soutien au secteur financier pour ce dispositif. 

Les acteurs privés sont appelés à y participer. Une approche préférée à celles d’un écoulement progressif des actifs toxiques par les banques ou d’un rachat direct de ces produits par le gouvernement uniquement. L’intervention des investisseurs privés permettra notamment un partage des risques et une meilleure détermination du prix des actifs, souligne le Trésor.

Le public-private investment program comprend deux volets (voir illustration). Le premier se concentre sur les prêts toxiques. Le Trésor, des investisseurs privés et de la FDIC, ainsi que l'agence de garantie des dépôts bancaires, y prendront part conjointement. Les deux premiers s’engageront en fonds propres à parité. Leurs investissements seront complétés par de la dette. De fait, le dispositif autorise un effet de levier particulièrement important. La dette, garantie par la FDIC, pourra représenter jusqu’à six fois les fonds propres, selon les caractéristiques des prêts acquis. 

Le second volet traite les titres adossés à des actifs. Il s’agit, d’une part, d’étendre le programme TALF, lancé par la Réserve fédérale (Fed), qui propose pour l’heure des prêts aux acteurs privés pour investir dans des titrisations nouvelles. Seront concernés certains titres adossés à des prêts hypothécaires (RMBS) non garantis par les agences gouvernementales et qui étaient initialement notés AAA et des titres adossés à des prêts sur des biens d’immobilier commercial (CMBS) et à d’autres actifs (ABS), notés AAA.

D’autre part, le Trésor s’alliera directement aux investisseurs privés. Il va sélectionner cinq sociétés de gestion, voire plus, qui lèveront des fonds pour acquérir des titres toxiques. Le Trésor américain investira la même somme que les investisseurs privés. Dans certaines conditions, il pourra par ailleurs apporter un financement sous forme de dette senior, pour 50% des fonds propres, et dans certains cas, pour 100%.

A lire aussi