« Les taux directeurs de la BCE resteront à la traîne par rapport à ceux des Etats-Unis »

le 19/04/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Chris Bullock, cogérant du fonds Henderson Horizon Euro Corporate Bond

L'Agefi : Ben Bernanke a affirmé que les Etats-Unis étaient «loin d'être tirés d'affaire». La BCE laisse ses taux inchangés. Combien de temps la politique des taux bas va-t-elle durer ?

Chris Bullock : Résultat d’une reprise économique en demi-teinte et d’un niveau d’endettement particulièrement élevé dans certains pays de l’Union européenne, les taux européens resteront faibles pour quelque temps encore. Alors que les stimuli fiscaux auront tendance à être retirés, les taux directeurs de la Banque centrale européenne demeureront au plus bas étant donné un taux de chômage élevé, une augmentation du nombre de foyers à revenus modestes et la nécessité d’un désendettement des Etats. En revanche, les rendements obligataires des pays les plus endettés de la zone euro sont susceptibles de rester élevés, les marchés identifiant la faiblesse structurelle de certains pays. La zone euro étant toujours dans la tourmente, nous prévoyons que les taux directeurs de la BCE restent à la traîne par rapport à ceux des Etats-Unis.

Quelles sont vos prévisions sur les rendements obligataires d’Etat par rapport au corporate ?

Alors que les rendements obligataires restent faibles, les perspectives de rendements des spreads de crédit demeurent intéressantes. L’endettement des sociétés est plutôt modéré, les équipes dirigeantes ont été proactives dans la gestion des coûts, et la pression sur la trésorerie a diminué significativement. Dans un contexte de maintien de taux d’intérêt faibles, les obligations émises par les sociétés européennes continuent d’offrir un rendement attractif comparé aux rendements des obligations d’Etat. Alors que nous anticipons le maintien à un niveau élevé du nombre d’émissions d’obligations corporate, les spreads demeurent attractifs par rapport à leur niveau historique.

A lire aussi