Les statistiques de M3 plaident pour une poursuite de la baisse des taux

le 30/01/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon la BCE, la masse monétaire en décembre a crû de 7,3% sur un an après 7,7% en novembre. Les prêts au secteur privé ont, eux, accusé le coup

Les évolutions monétaires en zone euro confirment le scénario de poursuite du reflux de l’inflation à un rythme effrené. Selon la BCE, la masse monétaire M3 en décembre a crû de 7,3% en rythme annuel, après avoir progressé en novembre de 7,7%. Le consensus tablait sur une croissance de 7,6%.  Le taux de croissance des financements accordés aux résidents européens a pesé dans l'évolution de M3. Il s'est inscrit à 6,5% en décembre 2008, contre 7,2% le mois d'avant. Les concours au secteur privé ont, eux, fléchi, revenant à 6,8%, après 8,2% en novembre.

De fait, les prêts au secteur privé ont accusé le coup au cours du dernier mois de 2008. Leur rythme de croissance s'est contracté à 5,8%, à comparer à 7,1% le mois précédent. La progression des prêts aux sociétés non financières a reculé pour s’établir à 9,4% en décembre, contre 11,1% le mois précédent. Celle des prêts aux ménages est passée à 1,8% en décembre, après 2,5% auparavant.

Aux yeux de Goldman Sachs, le déclin des prêts aux non-financiers d'environ 2 points de pourcentage indique clairement que le cycle du crédit a évolué de la pire manière qu'il soit et continuera à peser sur les dynamiques d'investissement et d'emploi. «Au bout du compte, les données monétaires suggèrent que l'expansion de la monnaie et du crédit est en train de ralentir, reflétant à la fois les facteurs liés à l'offre et la demande, précise de son côté Barclays Capital. Dans tous les cas, elles soutiennent clairement notre scénario de nouvelles baisses des taux d'intérêt dans les prochains mois avec un refi à 1% au cours du deuxième trimestre 2009».

A lire aussi