Les spreads des titrisations amorcent un reflux encourageant

le 21/01/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le plan de sauvetage britannique favorise le tassement des marges des RMBS qui a déjà atteint outre-Manche jusqu'à 50 pb en l'espace d'une semaine

Le marché de la titrisation n’est pas resté insensible au contexte actuel d’effervescence autour des plans de relance et de la réactivité des gouvernements désormais. Les marges de crédit en Europe des titres adossés à des actifs (ABS) notés «AAA», selon les portefeuilles de sous-jacents, se sont resserrées, en l’espace d’une semaine, de 30 et 80 pb. Du côté des titres adossés à des crédits hypothécaires résidentiels (RMBS) de la catégorie «AAA», le reflux a atteint 6 à 50 pb selon les pays. «Ce resserrement des spreads est très positif dans la mesure où il s’est opéré dans des volumes d’échanges relativement importants et dans un contexte d’écartement des spreads des autres marchés de crédit et de baisse généralisée des marchés d’actions européens et américains», précise l’équipe d’ABS & CDO de Natixis. 

Alors que les marges des RMBS britanniques enregistrent un tassement de 40 à 50 pb, l’émergence outre-Manche d’un deuxième plan sauvetage des banques constitue un facteur de soutien à l’amélioration du marché secondaire. D’ailleurs, les mesures britanniques ont été applaudies par les industriels de la titrisation représentés par la Sifma (Securities Industry and Financial Markets Association) et l’ESF (European Securitisation Forum). Pour Rick Watson, managing director au sein de la Sifma et l’ESF, la facilité de rachat d’actifs de la Banque d’Angleterre de 50 milliards de livres «aidera à monétiser une large gamme d’actifs financiers de qualité», et le système de protection des actifs, à «apaiser les inquiétudes sur de possibles expositions à des pertes de crédit futures exceptionnelles sur certains portefeuilles».

Le programme de garantie des titrisations, aux yeux de Marco Angheben, directeur à l’ESF, «augmentera la capacité des prêteurs à accéder au marché de la titrisation, qui est toujours fermé». «Tous ces efforts visant à contenir le repli attendu de l’économie britannique pourraient à terme, favoriser un resserrement des spreads des ABS en général, et des RMBS en particulier, ce qui serait bénéfique aux émissions publiques de produits titrisés», estime Natixis.

L’industrie reste désormais suspendue à la finalisation du programme fin janvier qui devrait donner des détails entre autres sur les participants et les actifs éligibles.

A lire aussi