« Les spreads de crédit possèdent encore un potentiel de resserrement à moyen terme »

le 10/05/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Stéphane Guérin, responsable de l’analyse crédit de CM-CIC AM

L’Agefi: Quel est l’impact de la Grèce sur vos prévisions d’exposition crédit?

Stéphane Guérin: Nous avons, en avril, réduit de surpondérer à neutre nos prévisions d’exposition crédit du fait des incertitudes générées par la crise grecque. En effet, les risques d’exécution du plan de soutien de 110 milliards d'euros décidé le 2 mai par les Etats membres de la zone euro et le FMI, qui doit être approuvé par les différents Parlements européens, et les risques de contagion au Portugal et à l’Espagne dans un premier temps, entraînant alors rapidement dans ce cas une crise généralisée de la dette souveraine des pays les plus endettés de la zone euro, nous ont conduit à réduire notre exposition sur les secteurs bancaires et de l’assurance, les plus exposés en cas d’aggravation de la situation.

Vous avez abaissé vos perspectives sur les spreads à négatives pour mai, quelles sont vos prévisions à six mois?

Les marchés du crédit ont effectué un parcours remarquable depuis un an et nous apparaissent donc sujets à des prises de bénéfices dans la période de fortes turbulences que nous connaissons et qui va au mieux perdurer encore quelques semaines. Néanmoins, les résultats des entreprises, sous l’effet conjugué des plans gouvernementaux de soutien de l’activité et des économies de coûts réalisés depuis 2008, sont globalement en nette progression et supérieurs aux attentes dans plus de 75% des cas. Cette amélioration va se poursuivre avec la reprise économique et constitue un facteur positif important pour les marchés du crédit, qui nous amène à penser que les spreads de crédit possèdent encore un potentiel de resserrement à moyen terme, sous réserve d’une sortie de crise rapide.

A lire aussi