SGAM et CAAM trouvent un terrain d'entente pour leur rapprochement

le 26/01/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La création d'une société commune regroupant les activités de gestion classique pourrait être annoncée dès aujourd'hui

Imminente. L’annonce du rapprochement entre Société Générale Asset Management (SGAM) et Crédit Agricole Asset Management (CAAM) pourrait intervenir dès aujourd’hui. Jean-Pierre Mustier, le patron de la filiale de la Société Générale depuis l’automne, a prévu de tenir informés l’ensemble des collaborateurs ce lundi.

En fin de semaine dernière, des sources internes avaient indiqué à L’Agefi que la négociation en vue d'un mariage des entités de gestion d’actifs des groupes Société Générale et Crédit Agricole SA au sein d'une joint-venture avait été bouclée. Le partage de la filiale commune se fera à raison de 30% du capital pour le premier et 70% pour le second.

L’accord ne concerne que la gestion traditionnelle. SGAM AI, l’activité de gestion alternative, devrait être intégrée à Lyxor, rattachée à la banque de financement et d’investissement.

Le montage s’apparente ainsi à celui qui a présidé à la naissance de Newedge il y a un an, avec le rapprochement, cette fois à 50/50, des activités de courtage de Calyon Financial (Crédit Agricole) et Fimat (Société Générale).

Depuis la nomination de Jean-Pierre Mustier, les équipes de SGAM œuvraient à leur réorganisation en groupes de travail. Mais l’ex-patron de la BFI a mené en parallèle des discussions avec la Banque verte afin de créer une usine qui servira désormais trois réseaux, comme l'avait révélé La Tribune : les caisses du Crédit Agricole, LCL et Société Générale.

L’impact de la crise sur les activités de gestion a sans doute accéléré la réflexion au sein des deux groupes pour franchir un cap qu’aucune banque française n’avait osé aborder jusque-là. SGAM, dont les encours sont tombés à 298 milliard d’euros fin septembre 2008 (contre 375 milliard un an avant) a particulièrement souffert de son exposition aux actifs de crédit illiquides. Sur les neuf premiers mois de l’année écoulée, l’activité a affiché une perte de 106 millions d’euros. Le quatrième trimestre 2008 n’a guère été plus favorable, la Société Générale ayant indiqué la semaine dernière que sa filiale avait encore dû enregistrer des dépréciations sur certains portefeuilles. 

CAAM se porte mieux, malgré des encours passés de 525 à 477 milliards d’euros entre fin 2007 et septembre 2008. Le pôle a dégagé sur les neuf premiers mois de l’année un résultat net de 366 millions d’euros, en repli de 18%.

A lire aussi