« Les seules inquiétudes sur la livre sont celles d'un parlement britannique sans majorité forte »

le 26/04/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Luca Cazzulani, responsable adjoint des stratégies « fixed income » chez UniCredit

L'Agefi : L’accalmie n’étant pas vraiment de mise du côté de la Grèce, quel est votre scénario pour l’euro/dollar pour ces trois prochains mois ?

Luca Cazzulani : Les incertitudes que suscite la Grèce continueront d’alimenter l’aversion pour le risque des investisseurs. Ceci devrait favoriser le dollar face à l’euro. En effet, le marché tend habituellement à favoriser les actifs libellés en dollar lorsque le climat est incertain. De plus, les préoccupations nées de la situation grecque favorisent une politique monétaire de taux bas dans la zone euro. Par conséquent, il est probable que la Fed soit la première banque centrale qui ouvre le cycle de remontée des taux. Cette possibilité est l’autre élément qui soutient le dollar. Nous estimons cependant que ce cycle de hausse des taux ne commencera qu’en 2011.

La livre dispose-t-elle de facteurs de soutien face à la monnaie unique ?

A court terme, les évolutions de la livre sterling seront principalement dictées par des facteurs d’ordre politique alors que celles de l’euro seront fortement influencées par l’évolution de la situation en Grèce. Dans les conditions actuelles, nous estimons que les difficultés relatives au problème grec sont plus pressantes et structurelles que celles qui pourraient influencer la livre sterling. Les seules inquiétudes que les investisseurs ont sur la livre sont celles de voir se dessiner lors des prochaines élections législatives un parlement d’où n’émerge aucune majorité forte. Il s’agirait alors d’une situation dans laquelle le gouvernement ne pourrait pas facilement prendre de décisions fortes liées pour rétablir les comptes publics. Les précoccupations inhérentes aux comptes publics grecs devraient prévaloir et bénéficier à la livre sterling qui s'en trouverait protégée face à l'euro.

A lire aussi