Santander aide à la normalisation du marché des RMBS britanniques

le 10/03/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Sa filiale britannique, Alliance & Leicester, a émis l'équivalent de 1,44 milliard de livres, sans avoir eu besoin d'inclure une clause de rachat

Les émetteurs outre-Manche de titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels de qualité élevée (RMBS prime) n’hésitent plus à tester le marché primaire et l’appétit des investisseurs. Même s’ils ont été réticents la semaine dernière à intervenir sur le marché secondaire à cause de la nervosité liée au cas grec, ces derniers ont plus que bien accueilli l’émission de l'équivalent de 1,44 milliard de livres de RMBS par Fosse Master Issuer 2010-1, le master trust [véhicule utilisable pour plusieurs transactions, qui émet des séries indépendantes entre elles mais adossées au même portefeuille sous-jacent, ndlr] d'Alliance & Leicester.

L’établissement britannique, filiale de Santander, a ainsi levé des fonds au travers de deux tranches libellées en livre et une tranche libellée en euro. La première (A1) a porté sur un montant de 215 millions de livres, contre 770 millions d’euros pour la seconde (A2) et 525 milliards de livres pour la troisième (A3). Les tranches A1 et A2, qui sont à taux variables, ont une maturité moyenne de 4,5 ans. La tranche A3 d’une duration moyenne de 6,9 ans offre un taux fixe. Leurs spreads à l’émission sont tous sortis à 120 points de base, contre une fourchette initiale de 115-120 pb.

Cette opération ne vient pas seulement agrandir la liste des RMBS émis aux investisseurs sans avoir été retenus au bilan de l’originateur. Elle propose aussi un rendement jugé alléchant sur la tranche à taux fixe, dépassant les 4,63%. Surtout, elle n’offre pas, contrairement aux précédentes émissions de Lloyds et Nationwide à l'automne, de clause de rachat à une date fixée (put option) pour attirer les investisseurs.

Aux yeux de SG CIB, l’absence de «put» est un pas de plus vers un marché de la titrisation plus régulier tandis que l’intérêt pour la tranche long terme à taux fixe est un signe positif en matière d’implication de la base d’investisseurs institutionnels britanniques. D’ailleurs, l’enthousiasme des investisseurs a amené Banco Santander à relever la taille de la transaction de 40%.

L’optimisme est donc au rendez-vous pour cette gamme de titrisation. Aux Pays-Bas, l’établissement de crédit NIBC, quelques mois après Delta Lloyd, s’apprête à placer 750 millions d’euros de RMBS.

A lire aussi