Les RMBS espagnols proches de la rupture sur le paiement des intérêts

le 08/04/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le taux de défaut de 6,97 % dans le portefeuille d'une titrisation de Caja Madrid flirte avec le seuil déclenchant la suspension des intérêts

L’étau se resserre autour des titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels espagnols (RMBS), l’aggravation de la récession prenant à la gorge les propriétaires immobiliers. Au dernier trimestre 2008, S&P a relevé pour les RMBS espagnols un bond de son indice de défaillance de 5,15 % à 6,69 %. L'indice de défaillances « sévères », qui comprennent les défaillances sur prêt de plus de 90 jours, les défauts et les saisies immobilières, a crû de 2,24 % à 3,15 %. Les analystes d’UniCredit expliquent que les ménages n’ont pas profité de la baisse des taux en Europe, les prêts étant principalement à taux variables et ajusté sur une base annuelle ou semi-annuelle. 

Du coup, entre octobre et décembre, l’agence a placé 17 tranches de RMBS sous perspective négatives et en abaissé 33. Au premier trimestre, les mises sous perspectives négatives ont touché 10 tranches et les dégradations 5 tranches. Les porteurs de tranches risquées sont les grands perdants de la dégradation de la qualité des prêts sous-jacents. Alors que les spreads des RMBS espagnols notés A et BBB se sont creusés ces sept derniers jours de 100 et 300 pb pour toucher des niveaux records de 4.200 et 2.100 pb, S&P estime que « la volatilité à venir des notations pour les tranches juniors pourrait s’exacerber par l’existence de clauses de déclenchement (triggers) de report de paiement d’intérêt ».

Ces triggers inclus dans de nombreuses transactions s’activent lorsque des critères de performance (défauts cumulés, arriérés …) dépassent les minima fixés pour la tranche concernée. Dans un tel cas, la tranche visée est rétrogradée en classe « D » tant que les intérêts ne sont pas remboursés. Mais le risque est élevé, 62 RMBS espagnols, sur un total de 107, comportant de telles clauses. 

Sur ce point, les RMBS « AAA » de Caja Madrid inquiètent S&P. Entre le deuxième et le quatrième trimestre 2008, les cas de défaillances se sont accélérés et flirtent désormais avec les seuils de déclenchement. L’agence a d’ailleurs placé les séries Madrid RMBS I, II, III, IV sous perspective négative pour ces raisons de performances. Une première pour un RMBS « AAA » espagnol. Le risque porte sur la série II, où le taux cumulé de défaut atteint 6,97 % contre un seuil de 8 %. Caja Madrid pourrait être ainsi la première banque espagnole à provoquer des reports d’intérêts sur des prêts sous-jacents de RMBS.

A lire aussi