Le risque de défaut grec paraît surévalué

le 08/02/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pour refinancer ses échéances de printemps, Athènes dispose de plusieurs soutiens possibles

Une faillite de la Grèce ou d’un autre Etat européen, beaucoup en parlent, mais très peu y croient. Les problèmes des Etats ont provoqué vendredi un nouvel accès de faiblesse des marchés actions, et une forte volatilité des CDS, qui ont touché des records avant de se replier. Les rendements obligataires se détendent en revanche depuis deux jours. La courbe des CDS grecs, inversée, a beau impliquer un défaut dans l’année qui vient avec une probabilité de 30 % environ, le risque réel semble bien moins évident.

A lire aussi