Le retour de la demande anime le marché secondaire de la titrisation

le 13/01/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les banques d’investissement et les clients finaux reconstruisent en ce début d'année 2010 leurs portefeuilles en jouant les titrisations

L’industrie de financement structuré en Europe démarre 2010 de la plus belle des manières. Dans le sillage des indices de crédit cash et de dérivés de crédit, les titrisations encore liquides sur le marché secondaire ont vu leur rally entamé l’été dernier s’accélérer. Une dynamique qui concerne toute la structure de capital.

Selon Deutsche Bank, les titres britanniques adossés à des prêts hypothécaires résidentiels (RMBS) de qualité ont enregistré un rétrécissement de 50 points de base (pb) depuis le début de l’année. «Pour les transactions qui traitent encore en prix, comme Granite [master trust de Northern Rock, ndlr] par exemple, l’appréciation est là aussi sensible avec du papier qui s’échangeait à moins de 90% avant la fin de l’année et qui traite depuis la semaine dernière à plus de 92%, ajoute Sonia Benarouch, analyste ABS & CDO chez Natixis.

Le retour de la demande explique cette amélioration de l’activité. Celle-ci provient des desks de trading des banques d’investissement et des clients finaux qui, après s’être allégés ou avoir pris leurs profits fin 2009, cherchent à reconstruire leurs portefeuilles.

«Les RMBS britanniques seniors à courte maturité ont traité sous la barre des 100 pb pour la première fois depuis juin 2008, un seuil indiquant souvent un marché viable pour de nouvelles émissions», souligne la banque d’outre-Rhin. Pour Natixis, ces 100 pb constituent le seuil de rentabilité pour de nombreux émetteurs.

S’il n’y a pas eu d’émission la semaine passée, ce mouvement de spreads positif devrait inciter les émetteurs à tester le marché. Selon SG CIB, la prochaine étape pour le marché européen devrait être la réouverture du primaire. «Bien que la titrisation ne puisse être dirigée par des niveaux de marché à eux seuls, comme il y a toujours un certain délai entre le processus de structuration et celui d’émission, nous comprenons que les mandats signés l’année dernière ont vu leurs dates d’émission reportées pour une sortie sur le marché au début de cette année, note SG CIB. Les facteurs techniques actuellement solides devraient bientôt soutenir la première émission sur le primaire».

Pour Deutsche Bank, la titrisation continuera probablement de rester une voie de financement chère comparée à d’autres types de financement senior, mais les bénéfices de ses aspects diversifiants, entre autres, devraient amener le marché y à recourir.

A lire aussi