La reprise dans l’OCDE sera molle en 2010

le 20/11/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La croissance chinoise soutiendra les pays de l’Organisation. Dans la zone euro, l’intensité de la reprise ne suffira pas à faire baisser le chômage

Le retour à la croissance dans les pays développés sera un peu plus prononcé que l’OCDE ne l’anticipait il y a quelques mois. Le produit intérieur brut (PIB) des trente pays membres progressera de 1,9% l’an prochain, un taux plus de deux fois supérieur à celui anticipé en juin dernier, a indiqué hier l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Malgré cette forte révision à la hausse, la croissance «fluctuera vraisemblablement autour d’un taux tendanciel peu élevé», reconnaît l’organisation. De fait, les agents économiques se concentrent actuellement sur la reconstitution de leurs bilans. Dans ce contexte, le chômage devrait continuer de monter et l’inflation pourrait encore baisser. Aux Etats-Unis, le chômage atteindrait un plafond au premier semestre 2010 et, dans la zone euro, à la fin de l’année 2010, voire en 2011. «Il faudra attendre quelque temps avant que la reprise ne soit suffisamment forte pour commencer à réduire le chômage», souligne l’OCDE.

Les pays de l’OCDE feront encore pâle figure par rapport à la Chine. Le PIB de l’empire du Milieu progressera de 10,2% l’an prochain. Le pays «exerce aujourd’hui un rôle d’entraînement incontestable sur la reprise, plus atone, dans la zone de l’OCDE», estime Jorgen Elmeskov, chef du département des affaires économiques de l’organisation.

L’enjeu principal pour ces pays, comme pour ceux de l’OCDE, sera la gestion de la fin des mesures de stimulation en 2010, prévient l’organisation. Si elle recommande que les stratégies de sortie soient dès à présent formulées, elle estime cependant que les mesures devront être retirées progressivement.

A lire aussi