« La remontée du refi ne surviendra probablement pas avant 2011 »

le 15/03/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Laurence Boone, chef économiste France chez Barclays Capital

L’Agefi : Au vu du retrait progressif des mesures de liquidités de la BCE, quand attendez-vous un relèvement des taux en zone euro ?

Laurence Boone : La remontée des taux en zone euro dépend a priori de deux facteurs: le rétablissement de la stabilité financière d’une part, et la fermeté de la reprise économique, d’autre part. Le rétablissement de la stabilité financière, autrement dit un fonctionnement normal des marchés financiers avec un marché interbancaire en bon état de marche est la clé du retrait progressif des mesures «non conventionnelles», qui devrait conduire à rapprocher l’Eonia du taux refi de la BCE progressivement tout au long de 2010. La remontée du taux directeur de la BCE, le refi, en revanche ne surviendra que lorsque la reprise économique apparaîtra plus solide qu’elle ne l’est en ce moment, et donc probablement pas avant 2011. Enfin, un troisième facteur pourrait intervenir: si les pays de la zone euro procèdent à un ajustement budgétaire important dès 2011, la remontée des taux pourrait être repoussée.

Vous anticipez des taux à 10 ans au Royaume-Uni au-dessus des 4 % d’ici à 6 mois. Pour quelles raisons ?

La situation au Royaume-Uni est plus compliquée qu’aux Etats-Unis ou en zone euro à deux titres au moins. L’inflation est significativement plus élevée qu’ailleurs en dépit d’une sortie de crise laborieuse. Les mesures d'assouplissement quantitatif ont été les plus importantes au Royaume-Uni. Nos prévisions de taux reflètent à la fois cette persistance de l’inflation, qu’une reprise de l’activité cette année contribuerait à maintenir, et les incertitudes sur les stratégies de sortie d'assouplissement quantitatif, dans un contexte de finances publiques sensiblement détériorées.

A lire aussi