« La remontée de l’euro/dollar ne s’inscrit pas dans un mouvement de long terme »

le 28/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Jens Nordvig, directeur de la stratégie taux pour les pays du G10 chez Nomura

La reprise de l’euro par rapport au dollar est-elle durable ?

Jens Nordvig : Pour nous, la remontée de l’euro de 1,1877 à 1,2480 dollar ne s’inscrit pas dans un mouvement de long terme. Il est courant d’observer ce genre de mouvement de couverture de court terme lorsqu’il y a de grosses prises de position spéculatives sur le marché. Plus fondamentalement, les tensions au sein de la zone euro demeurent, tout comme les interrogations sur la capacité des institutions de la zone euro à faire face à la crise financière. Les investisseurs de long terme restent donc très prudents et nous assistons à un mouvement d’allocation d’actifs en dehors de la zone euro, principalement vers les Etats-Unis. Dans la mesure où l’euro n’est toujours pas à des niveaux de valorisation bon marché (la plupart des modèles estiment sa juste valeur entre 1,15 et 1,25), ce processus devrait se poursuivre dans les mois à venir.

Comment expliquez-vous la relative stabilité du taux de change yen/dollar ?

En début d’année, nous avons constaté que le yen s’est affaibli par rapport au dollar: un mouvement logique, dans la mesure où le yen était très fort (en dessous de 90); de plus, de meilleures perspectives économiques mondiales ont généré des sorties de capitaux hors du Japon, à la recherche de taux de rendements plus élevés. Mais, lorsque la perception du marché mondial s’est dégradée au mois de mai, nous avons constaté un afflux vers les bons du Trésor américain, qui a diminué les taux de rendements à 3,20%. Les taux de rendement décroissants des bons du Trésor américain ont engendré un ralentissement des sorties de capitaux hors du Japon et installé une période de stabilité dans la parité yen/dollar.

A lire aussi