La récession sera plus longue que prévu et explique notre allocation très défensive

le 23/02/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Hugues de Montbel, gérant actions européennes chez Credit Suisse AM France

L’Agefi : Pourquoi sous pondérez- vous les services aux collectivités ?

Hugues de Montbel:  Ce secteur pourrait décevoir sur ses résultats 2008, et les attentes 2009 ne sont pas assez conservatrices suite à la chute des matières premières et la dégradation du marché du crédit. La baisse du prix de l’électricité n’est pas terminée. La pression liée aux matières premières est toujours là, la demande ralentit notamment de la part des industriels, et les perspectives à moyen terme sont fragiles. Dans ce contexte, nous évitons les groupes pour lesquels le consensus n'a pas encore révisé en baisse ses estimations, ou qui pourraient couper leur dividende. A l’inverse nous privilégions les titres dont le dividende est sécurisé par une forte génération de cash et un faible endettement, notamment EDF, Suez GDF et Iberdrola.

L'amélioration des indicateurs avancés vous incite-t-elle à modifier votre allocation d’actifs ? 

Le rythme de contraction de l'économie semble s'apaiser après un quatrième trimestre cauchemardesque. Certains indicateurs commencent à donner de vagues signes de stabilisation (IFO, ISM, révisions de BPA). Cette inflexion est positive et nous pousse à augmenter la pondération des secteurs cycliques (acier, médias et automobile), en prenant des profits sur les secteurs de la pharmacie et des utilities. Mais nous restons prudents. Aujourd’hui, le consensus est trop optimiste en prévoyant une sortie de crise rapide dès le deuxième semestre. La récession sera plus longue que prévu, et nous conservons par conséquent une allocation très défensive. Notre sous-pondération des financières n’a toujours pas été réduite.

A lire aussi