Les prix de l’immobilier américain ont continué à baisser en janvier

le 01/04/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La chute atteint 19 %. D’autres indicateurs, sur le mois de février, laissent toutefois espérer une amélioration du marché

Pas d’amélioration du marché résidentiel américain à la lumière du dernier indice Case-Shiller, publié par Standard & Poor’s. En janvier, les prix ont chuté de 19 % en rythme annuel dans les vingt grandes villes américaines. Un nouveau record de baisse, alors que l’indice avait fléchi de 18,5 % en décembre. Le repli est observé dans la totalité des métropoles étudiées. Dans neuf d’entre elles, les prix baissent de plus de 20 %. A Las Vegas, Phoenix et San Francisco, ils reculent même de plus de 30 %. A l’opposé, Dallas, Denver et Cleveland affichent les replis annuels les plus mesurés, autour de -5 %.

Depuis le point haut de 2006, les prix ont chuté de 29 % et retrouvent leur niveau de la fin d’année 2003. « Cette accélération à la baisse du prix des biens immobiliers va avoir un effet négatif sur les produits structurés sur des actifs immobiliers dans le bilan des banques », s’inquiète Philippe Waechter, directeur de la recherche chez Natixis Asset Management. 

La dégradation de l’emploi contribue à la chute du marché. Toutefois, plusieurs indicateurs, sur le mois de février, laissent entrevoir une légère amélioration. Les ventes de logements neufs ont progressé pour la première fois depuis huit mois et les ventes de logements anciens ont augmenté à un rythme inégalé depuis près de six ans. Les mises en chantier ont quant à elle bondi de 22 %. Les mesures prises par l’administration Obama semblent porter leurs fruits. Ainsi, le taux des crédits hypothécaires à trente ans continue de baisser et ressort à 4,63 %. Et, depuis quelques semaines, l’indice des achats de logements établi par la Mortgage Bankers Association, s’inscrit en hausse.

A lire aussi