Le prix de l'or est appelé à grimper encore

le 18/05/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Chaque mardi, Schroders commentera désormais pour les lecteurs de « L'Agefi » son « graphique de la semaine ». Le métal jaune inaugure cette collaboration

Le soulagement ressenti par les marchés après l’annonce d’un fonds de sauvetage européen pour les Etats en difficulté peut temporairement faire refluer les cours de l’or, refuge par excellence dans les phases de forte remontée de l’aversion pour le risque. Mais il ne signifie pas que les facteurs qui jouent en faveur d’une hausse du métal jaune aient disparu.

Le graphique ci-contre montre que le long déclin du pouvoir d’achat contre les principales devises de l’or s’est terminé début 2000, laissant la place à un rattrapage sensible. L’or s’est apprécié contre toutes les devises et pas seulement contre le dollar. Alors que les gouvernements et les banques centrales peuvent facilement accélérer la création monétaire, ils ne peuvent guère avoir d’impact sur l’offre de métal jaune.

Le système monétaire global a donc un biais inflationniste inhérent à son existence même, car il ne peut s’appuyer sur les promesses politiques. Alors que les forces inflationnistes ont été effectivement enrayées au cours de la période allant du milieu des années 1980 au milieu des années 2000, elles reviennent actuellement en force. La politique monétaire de la Fed a été extraordinairement accommodante au cours des dernières années, à l’image de ce qu’elle avait été à la fin des années 70 lorsque les taux d’intérêt réels sont devenus négatifs pour une période prolongée. Le résultat a été une flambée des cours de l’or et la même chose se produit actuellement.

Le prix de l’or est donc appelé à grimper encore jusqu’à ce que les politiques monétaires se durcissent.

nuno.teixeira@schroders.com

 

A lire aussi