Pas de vague d’optimisme en vue pour les analystes actions

le 14/04/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après avoir été pris à contre-pied, ils ne pensent pas que les bonnes surprises s’accumuleront pour les résultats du premier trimestre 2010

Ce mois-ci, nous vous présentons notre indicateur avancé de l’humeur des marchés, traduisant le rapport entre le nombre de révisions positives par rapport au nombre de révisions négatives effectuées par les analystes financiers mois par mois. Comme on le constate sur le graphique ci-joint, la trajectoire de notre indice s’est stabilisée depuis début mars, après un recul continu depuis novembre dernier. Les optimistes sont donc relativement moins nombreux en ce qui concerne les résultats à venir des entreprises européennes qu’il y a encore six mois.

Or historiquement, les marchés actions sont surtout corrélés à la pente de notre ratio plus qu’à son niveau en valeur absolue. En conséquence, cet indicateur nous incite à plus de prudence dans les mois à venir des deux côtés de l’Atlantique, le fort rebond de ces dernières semaines ayant déjà intégré une grande partie des bonnes nouvelles.

En cette période de début des annonces de résultats pour le premier trimestre 2010, les analystes ne semblent pas convaincus par la capacité des entreprises occidentales à battre à nouveau le consensus, à l’image de ce qui s’était produit pour les deux trimestres précédents. D’ailleurs, ils ne révisent plus à la hausse leurs anticipations pour les bénéfices 2010 de l’indice large européen (-0,7% de révisions baissières au cours du dernier mois).

Nous partageons globalement cet avis: si les anticipations actuelles des analystes nous semblent atteignables pour cette année (elles se situent dans le haut de notre fourchette de prévisions), les entreprises devraient par contre avoir du mal à surprendre positivement, notamment au regard des anticipations de croissance des chiffres d’affaires déjà élevées (+6,5% prévus en 2010 pour le DJ Stoxx 600, qui porterait le chiffre d’affaires de l’indice en fin d’année proche de ses plus hauts historiques).

Après une chute totale de 39% entre 2006 et 2009, les bénéfices des entreprises européennes devraient donc rebondir de +27,7% en 2010 selon les analystes (+29,5% hors financières), après avoir touché un point bas en termes de profitabilité l’année dernière. Les profits 2010 du DJ Stoxx 600 devraient se trouver en fin d’année à 22,4% de leur plus haut, et à seulement 10,9% de leur plus haut pour l’indice hors financières. Dans ce contexte, les bonnes surprises se feront plus rares.

A lire aussi