Le " Panel Crédit Agefi " est de moins en moins négatif

le 06/04/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Seul un gérant s’attend à un écartement des spreads sur le mois à venir. Ils maintiennent dans l’ensemble une exposition neutre à la classe d’actifs

Les émissions ont animé le marché du crédit en mars. Pour le troisième mois consécutif, les groupes non financiers ont vendu pour plus de 30 milliards d’euros d’obligations. Si ces opérations ont globalement été bien accueillies par les investisseurs, la détérioration de la conjoncture, et la hausse prévue des défauts, a continué toutefois de peser sur les indices de crédit.

L’indice iBoxx qui suit l’évolution du marché cash s’est tendu de 13 points de base (pb) le mois dernier. L’indice iTraxx Crossover qui mesure le coût de la protection contre le risque de défaut (CDS) des émetteurs les plus risqués en Europe s’est écarté de 62 pb, à 1.146 points de base. La nouvelle série du Crossover, lancée le 20 mars, est stable à 927 pb. 

Pour le mois à venir, les membres du Panel Crédit s’attendent à une relative stabilité des spreads. Près des trois quarts d’entre eux tablent sur une évolution neutre, contre deux tiers le mois précédent. Tandis qu’ils étaient trois début mars, JP Morgan, qui était alors neutre, est à présent le seul à anticiper un élargissement des spreads à un mois. Négatifs lors du précédent panel, Allianz Global Investors France, Groupama AM et Natixis AM s’attendent désormais à une stabilisation. Schroders a quant à lui relevé ses perspectives, de neutres à positives. 

Dans ce contexte, plus de la moitié des gestionnaires affichent une exposition neutre au crédit. Ils sont ainsi un peu plus nombreux que le mois dernier. La part des membres du panel à « surpondérer » est stable, à 37 %. Crédit Agricole AM renforce son exposition, passant de neutre à surpondérer. DWS Investments et Henderson Global Investors font le cheminement inverse. 

Encore prudents, les gérants se concentrent sur les émetteurs bien notés. 63 % privilégient les obligations d’un rang supérieur ou égal à « A ». AGI France et Natixis AM ont cependant choisi ce mois-ci de commencer à s’intéresser à des titres BBB.

La part de cash dans les portefeuilles est relativement stable, à 5,54 %. Chez Schroders, elle a toutefois été augmentée, passant de 4,5 % début mars à 11,8 %. A l’inverse, SGAM a diminué sa part de liquidité. Elle tombe de 20 à 12 %. La duration moyenne est maintenue à 4,17 ans.

A lire aussi