Le « Panel Allocation » s’allège en actions au profit de l’obligataire

le 30/08/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pour la première fois depuis juillet 2009, le poids des actions est redevenu supérieur à celui des obligations au sein des portefeuilles

L’heure est à la prudence! Pour cette rentrée de septembre 2010, les membres du Panel Allocation adoptent des portefeuilles au profil de risque nettement réduit. Si un bon tiers des répondants ont conservé inchangé leur portefeuille depuis le début du mois de juillet, plus de la moitié d’entre eux se sont allégés en actions. ING IM et Natixis AM n’ont réduit leur pondération que de 1 et 3 points, mais Robeco et UFG-LFP ont abaissé leur poche actions de 10 points et AllianzGI Investments Europe et Schroders de 7 points. Les gérants ne semblent plus croire au rebond des bourses. De fait, l’EuroStoxx 600 a gagné 10% entre le début juillet et le 9 août, mais a perdu 5% depuis. Une tendance baissière que semblent anticiper les membres du Panel Allocation.

Ce mouvement s’est réalisé au seul profit des obligations, qui redeviennent l’actif dominant des portefeuilles, ce que le Panel n’avait pas enregistré depuis le mois de juillet 2009. Egalement prudent, le nouveau panéliste, BlackRock, opte pour une sous-pondération des actions et du crédit, mais pour une forte surpondération du monétaire.

Cette fuite des actions vers les obligations est liée aux craintes croissantes de ralentissement de l’économie américaine, et à ses conséquences sur le reste du monde. De fait, le PIB américain n’a finalement progressé que de 1,6% au deuxième trimestre contre 2,4% annoncé initialement. Et les indicateurs américains de ventes de logements neufs et de commandes de biens durables de la semaine dernière n’invitent pas à plus d’optimisme.

Selon les données mondiales EPFR, plus de 7,1 milliards de dollars ont été des fonds en actions la semaine dernière, tandis que les fonds obligataires ont enregistré 5,2 milliards de rentrées. Et depuis quatre semaines, les poches monétaires enregistrent des flux positifs, tandis que les fonds actions émergents affichent les plus faibles entrées depuis treize semaines.

A lire aussi