Le " Panel Allocation " affiche des positions plus offensives pour la rentrée

le 31/08/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Au plus haut niveau depuis février, la part des portefeuilles allouée aux actions atteint 47 %. Une poussée au détriment de l’obligataire

Un début d’année scolaire placé sous le signe de l’optimisme ! En dépit d’une hausse de 16 % des marchés actions européens depuis le début de mois de juillet, les gérants estiment que le potentiel de hausse est loin d’être épuisé. En effet, le Panel Allocation d’Actifs s’est fortement renforcé en actions, passant de 44 % début juillet à 47 % fin août. Une progression qui ne peut être imputable aux deux nouveaux membres du Panel, Credit Suisse et Dexia AM, respectivement à 45 % et 44 %, mais bien au renforcement de presque toutes les gestions, notamment Robeco Gestions, passé de 55 % à 75 %. Alors qu’avant l’été, la plupart des gestions sous-pondérait cette classe d’actifs par rapport à leur propre benchmark, désormais, seule La Française des Placements conserve une opinion négative.

Sans grande surprise, ce mouvement s’est fait au détriment de la poche obligataire. Elle ne pèse plus que 44 % des portefeuilles, soit un retour sur le niveau du mois de mars. Toutefois, les mouvements sont bien moins homogènes que sur les actions, seuls quatre membres abaissant leur pondération. En revanche, les deux entrants viennent abaisser la moyenne avec seulement 30 % consacrés à l’obligataire pour Credit Suisse, et 37 % pour Dexia AM. Tous deux sous-pondèrent leur allocation de référence. Un mouvement encore peu suivi par le reste des intervenants.

Autre bonne nouvelle, la part de cash dans les portefeuilles est désormais quasi nulle à 2 %. D’autant que les gestions qui en ont encore (25 % pour Credit Suisse, 6 % pour Crédit Agricole AM et 1 % pour Schroders) sous-pondèrent fortement cette classe d’actifs.

Les membres du Panel préfèrent prendre plus de risque en se positionnant sur des actifs alternatifs, dont le poids passe de 6 à 7 %. Les deux tiers des répondants surpondèrent cette poche, contre seulement un tiers au début de l’été.

A lire aussi