Le " Panel Agefi " prudent sur les taux longs

le 02/06/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les participants à l'enquête anticipent globalement une baisse des taux à 10 ans d’ici fin 2009

La remontée fulgurante des taux des titres d'Etat longs a amené les membres du Panel Agefi Taux à revoir leur copie. A horizon de six mois, la prévision moyenne de juin pour les taux à 10 ans européens, américains et britanniques s’inscrit, par rapport à mai, en hausse dans l'ordre de 25, 34 et 35 points de base (pb) à 3,27 %, 3,28 % et 3,63 %. Toutefois, sur la base des niveaux de taux de vendredi, ces prévisions montrent qu'un reflux des taux respectivement de 37, 34 et 13 pb est attendu d’ici à fin 2009.

S'ils ne s'attendaient pas à une telle envolée des taux longs, les membres du Panel Agefi Taux anticipent cependant à ce qu'elle perde de sa superbe. En janvier, le taux des Treasuries à 10 ans flirtait avec les 2 %, contre 3,54 % vendredi. La prévision moyenne à 6 mois du panel, qui était ressortie en janvier à 2,47 %, est aujourd'hui de 3,28 %. De même, le taux du Bund 10 ans a bondi depuis le début 2009 de 151 pb à 3,58 % vendredi. Début 2009, le panel l'anticipait à 2,83 %. Pour la fin d'année, les panélistes ont relevé leurs prévisions à 3,27 %. De même, le taux des Gilts à 10 ans, qui a touché un niveau plancher de 2,94 % début mars, s'est depuis renchéri de 84 pb pour toucher la semaine dernière les 3,74 %, contre 3,09 % anticipés début 2009. Ceux-ci sont attendus d'ici décembre à 3,63 %. La thèse d'une forte chute des taux américains et européens est défendue par State Street Global Advisors qui les prévoient à 2 %. A contrario, Lazard Frères Gestion attend les taux aux Etats-Unis à 4,10 %. De son côté, Crédit Agricole table sur des taux en Europe à 4 %. 

Depuis plusieurs mois, les forces techniques ont pris le dessus sur les fondamentaux. Mais pour combien de temps ? « Les gigantesques programmes d’émissions et l’intégration déjà effectuée par les marchés des moins mauvaises nouvelles économiques et des effets attendus des plans de relance nourrissent la montée des taux longs, explique Philippe-Henri Burlisson, directeur de la gestion de taux chez Groupama AM. Toutefois, les fondamentaux toujours dégradés sont une force de rappel pour un scénario de rally obligataire à court-moyen terme. D’autant plus que les Banques centrales devront revoir à la hausse leurs plans d’achat d’actifs car les économies ont besoin de maintenir les taux longs durablement bas. »

Si le pire de la crise semble être passé, la récession  mondiale actuelle, marquée par une hausse des taux de chômage et de défaut et une inflation devenue négative dans certains pays, est de mauvais augure pour la croissance potentielle future et met la pression sur les taux longs. Une probable intensification des achats d’actifs devrait aussi soutenir la thèse d'une détente des taux. Alors que la BCE aurait débattu d'un plan d'achats d'actifs de 125 milliards d'euros, celui de la Fed destiné à acheter 300 milliards de dollars de Treasuries n’a fait que ramener, selon SG CIB, la taille de son portefeuille en titres d’Etat américains sur les niveaux d’avant la crise, à 775 milliards, contre 790 milliards en juillet 2007.  Pendant que les taux courts restent figés par les politiques de taux zéro, un reflux des taux longs atténuerait le phénomène de pentification brutale des courbes de taux. Vendredi, l'écart de taux 2-10 ans en France a atteint un record de -262 pb.

A lire aussi