Le " Panel Agefi Crédit " est plus indécis sur l’évolution du marché

le 06/07/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La tendance au resserrement des spreads pourrait marquer une pause, à en croire les gestionnaires, qui toutefois surpondèrent toujours la classe d’actifs

Les obligations d’entreprises ont connu un premier semestre exceptionnel. Depuis le début de l’année, les sociétés non financières ont vendu près de 190 milliards d'euros de titres nouveaux. Un niveau qui laisse supposer qu’en 2009, le montant record de 2001, à savoir 200,2 milliards d'euros, sera battu. Par ailleurs, après les fortes tensions du quatrième trimestre 2008, les marchés obligataires se sont significativement détendus. L’indice iBoxx, représentatif de l’univers du crédit en euro, est ainsi passé de 466 points de base (pb) en janvier à moins de 300 pb. 

Les marchés commencent toutefois à s’essouffler, comme en témoigne l’écartement des spreads sur les dérivés de crédit sur le mois qui vient de s’écouler. L’indice iTraxx Crossover qui mesure le coût de la protection contre le risque de défaut des titres les plus risqués, a ainsi augmenté de près de 60 pb à 742 pb. Début mai, il était tombé à 663 pb. 

Dans ce contexte, les gestionnaires du « Panel Agefi Crédit » se montrent plus partagés sur l’évolution des spreads à un mois. Positifs à 60 % début juin, ils ne sont plus que 38 % à anticiper, début juillet, un resserrement des marges. Neutres le mois dernier, Schroders et Société Générale AM ont désormais une vision positive. 43 % des gestionnaires anticipent une stabilisation, contre 35 % début juin. Axa IM, CPR AM, Crédit Agricole AM, DWS et Henderson sont par exemple passés de positifs à neutre. Enfin, 19 % des membres du panel tablent sur un écartement des spreads, contre 5 % il y a un mois. Groupama AM et JP Morgan AM ont abaissé leur prévision de positive à négative.

La visibilité sur le marché s’affaiblissant légèrement, les membres du panel qui surpondèrent la classe d’actifs, sont un peu moins nombreux. Ils restent cependant majoritaires, à 52 % contre 65 % début juin. CPR AM et CAAM ont réduit leur exposition de « surpondérer » à « neutre ». Par ailleurs, alors qu’aucun gestionnaire ne sous-pondérait le crédit au début du mois dernier, ils sont à présent 19 % à le faire. Allianz Global Investors, BNP Paribas AM et Groupama AM sont passés de « neutre » à « sous-pondérer ». Schroders réduit pour sa part son exposition de « surpondérer » à « sous-pondérer ». 

Même si le marché européen du high yield s’est véritablement rouvert la semaine dernière avec l’émission obligataire de Wind, les gestionnaires misent toujours sur les titres bien notés, en moyenne « A ».

A lire aussi