Le « Panel Actions » révise légèrement à la baisse ses attentes sur les Bourses

le 01/02/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

A horizon d'un an, les gestions anticipent une hausse de 14 % sur les marchés parisien et américain et de 16 % sur l’Euro Stoxx 50

Les premiers résultats d’entreprises pour 2009, pourtant de bonne facture, n’incitent pas les membres du Panel Actions à faire preuve de plus d’optimiste sur les Bourses pour les prochains mois. Les gestions ont légèrement revu à la baisse leurs attentes sur les indices, tant à six mois qu’à un an. Néanmoins, si le CAC 40 a reculé de 5% le mois dernier, le Panel n’a abaissé ses prévisions que de 1%. Les perspectives sur les marchés actions sont loin d’être homogènes. D’un côté, les sociétés n’ont plus guère de marge de manœuvre pour encore réduire leurs coûts, et la reprise de la demande et donc des volumes, se fait attendre. D’un autre, les entreprises en bonne santé financière devraient profiter de la conjoncture pour consolider leur secteur à moindre coût. De fait le retour des fusions-acquisitions devrait soutenir les actions.

Les membres du Panel ont plutôt opté pour la prudence. Si la plupart ont conservé leurs objectifs inchangés, trois bureaux (Aurel BGC, Credit Suisse France, et Fortis Investments), ont réduit leur objectif à six mois sur le CAC 40 et l’Euro Stoxx 50, et le S&P 500. Pour sa part, Natixis a réduit de 10% sa prévision à six mois sur l’indice parisien. A contrario, plus optimistes sur le moyen terme, Aberdeen AM et Aurel BGC ont relevé leurs objectifs à un an sur les trois principaux indices.

Désormais, le Panel Actions anticipe une hausse de 7% du CAC 40 à six mois et de 14% à un an. Néanmoins, les plus prudents, Fortis, LCF Edmond de Rothschild, Olympia et Robeco attendent une stabilité d’ici six mois. Tandis que les plus optimistes, Lazard, Global equities, Aberdeen AM et CM-CIC AM, misent sur une hausse de 20% à horizon un an. Si le panel affiche les mêmes attentes sur le marché américain, il anticipe une hausse de 10% à six mois, et de 16% à un an sur le marché européen.

A lire aussi