Le " Panel Actions " ne relève quasiment plus ses objectifs

le 02/11/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les gestions anticipent une hausse de 15 % du CAC 40 à horizon un an. Toutefois, les prévisions s’étalent entre + 6 % et + 27 %

L’optimisme n’est plus à l’ordre du jour pour les membres du Panel Actions. Alors que les indices actions ont marqué le pas en octobre (-0,8% pour l’EuroStoxx 50, -2% pour le S&P 500 et -5% pour le CAC 40), les gestions ont fait preuve de prudence en modifiant à la marge leurs objectifs à six et douze mois. Les panélistes les ont relevés en moyenne de 1% pour les marchés occidentaux et les ont gardés inchangés pour le Japon. Désormais, le Panel Actions anticipe une hausse de 9% du CAC 40 et de l’EuroStoxx à horizon six mois et de 15% dans un an. Sur le S&P 500, les gérants attendent une croissance de 7% à six mois et 14% à un an, et de 6% et 11% sur le Nikkei.

Ces prévisions ne sont guère enthousiasmantes. D’ailleurs, six gestions sur quatorze conservent la totalité de leurs objectifs inchangés par rapport au mois précédent. Seul CM-CIC a décidé de relever, légèrement, toutes ses prévisions. En revanche, Robeco Gestions a abaissé ses perspectives sur le CAC 40 et sur le Nikkei. Le nouvel entrant du Panel Actions, La Banque Postale AM se veut parmi les gestions les plus optimistes.

Dans les perspectives à douze mois sur le CAC 40, la dispersion des prévisions reste élevée entre Cholet Dupont, qui n’anticipe qu’une hausse de 6% et Lazard Frères, qui mise sur un rebond de 27%. Sur l’EuroStoxx 50, Natixis et Lazard Frères font le grand écart tablant respectivement sur une progression de 2% et 28% dans un an. Sur le S&P 500, Natixis prévoit un recul de 2%, tandis que Raymond James table sur un rebond de 38% en un an.

Alors que certaines gestions anticipent un rally de fin d’année, les dernières séances n’incitent pas à tant d’optimisme. Le CAC 40 a perdu près de 4% la semaine dernière. D’autant que le rebond imprévu du PIB américain ne semble pas vraiment soutenir les marchés actions.

A lire aussi