Le « Panel actions » abaisse une nouvelle fois ses prévisions

le 31/05/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

D’ici un an les gestions tablent sur un rebond de 16 % du CAC 40 et de 14 % du S&P 500. La Place parisienne perdrait 6 % en 2010

Comme nous l’anticipions le mois dernier, les membres du Panel Actions ont révisé une nouvelle fois à la baisse leurs prévisions sur tous les indices. Seul élément de léger optimisme, les gestions ont réduit leurs objectifs de 5% sur le CAC 40 et l’EuroStoxx 50, alors que les indices parisien et européen ont respectivement reculé de 7% et 6% sur les 30 derniers jours. De même, les cibles sont abaissées de 3% sur le S&P 500, alors que Wall Street a perdu 8% sur le mois. Or, généralement, les gérants optent pour un mouvement de même amplitude.

La très grande majorité des panélistes ont opté pour une réduction de leurs objectifs sur les indices, notamment sur le CAC 40. Parfois drastique, à l’instar de Groupama AM, le plus pessimiste du Panel, qui a réduit ses objectifs de 17%, et mise sur une stagnation de l’indice parisien à horizon un an, et une baisse de 3% d’ici à la fin de l’année. Du fait de ces dégradations, le Panel Actions n’anticipe plus qu’une progression de 9% d’ici la fin de l’année du CAC 40, ce qui sous-entend une baisse de 6% de la Place parisienne sur l’année 2010.

D’ici un an, le CAC devrait progresser de 16%. Si Aberdeen AM et CM-CIC AM ont opté pour le statu quo ce mois-ci, Aurel BGC se démarque, seul panéliste à relever ses objectifs sur tous les indices. Toutefois, sur le CAC 40 comme sur l’EuroStoxx, Lazard demeure invariablement le plus optimiste. Bien qu’il ait abaissé de 5% ses prévisions à six mois, cette gestion garde inchangées ses cibles à 12 mois, soit une hausse attendue de 37% sur les indices parisien et européen.

Sur la Bourse américaine, la majorité des gestions ont conservé inchangées leurs prévisions à 12 mois. Dans un an, le S&P 500 devrait avoir progressé de 14%.

Avec une volatilité particulièrement élevée, 25 en moyenne sur le VDax sur les 30 derniers jours, pour une amplitude de 20 à 33, contre 19 en moyenne en avril, les gestions ne devraient pas faire preuve de plus d’optimisme le mois prochain.

A lire aussi