Nous sommes relativement prudents sur l’évolution du marché obligataire

le 11/05/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Philippe Troesch, directeur de la gestion chez Credit Suisse AM France

L’Agefi: Pourriez-vous encore vous renforcer en actions ?

Philippe Troesch : Le récent rally sur les actions a été non seulement provoqué par le rachat d’un certain nombre de positions courtes notamment sur les valeurs financières et sur les valeurs cycliques mais également par une certaine amélioration de la conjoncture économique qui a semblé moins pire que prévu. Il n’en demeure pas moins que la crise est toujours présente et que tant qu’il n’y a pas d’amélioration au niveau du chômage nous restons dans un risque de correction à la baisse du marché. Dans ces conditions nous ne renforçons pas notre position actions qui est légèrement surpondérée car nous pensons que d’une part les valeurs financières et cycliques sont aujourd’hui à leur prix et que d’autre part nous n’avons pas encore de perspectives très positives sur l’économie réelle et sur l’évolution des profits.

Pourquoi ne profitez-vous pas plus des rendements obligataires élevés offerts actuellement par les émetteurs ?

Le marché des émetteurs de qualité est relativement étroit et difficile d’accès pour les investisseurs car la plupart des sociétés n’ont pas levé beaucoup de capitaux dans des conditions de spread plutôt défavorables pour eux. Nous sommes relativement prudents sur l’évolution du marché obligataire en raison du fort endettement des Etats qui pèse sur le marché des émissions. Nous n’écartons pas une tension en fin d’année, sur ce marché notamment, si la Réserve fédérale américaine abandonne sa politique de rachat et décide de laisser la courbe des taux se repentifier.

A lire aussi