« Nous restons positifs sur les actifs risqués et en particulier les actions »

le 19/04/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Rachid Medjaoui, directeur de la gestion tactique de l'allocation d'actifs de La Banque Postale AM

L’Agefi: Continuez-vous à surpondérer les actions ?

Rachid Medjaoui: Nous restons positifs sur les actifs risqués et en particulier les actions. Parmi les facteurs de soutien, notons que la croissance mondiale pour 2010, voire 2011, continue d'être revue à la hausse (à l'exception des perspectives européennes). La microéconomie fournit également des surprises positives. Les résultats des entreprises sont toujours au-dessus des attentes avec le réveil des chiffres d’affaires. Les banques centrales sont très explicites sur leur volonté de maintenir le coût de l’argent à un très faible niveau en raison de leur assurance sur l’inflation. Enfin, la multiplication des opérations de fusions-acquisitions témoigne de la volonté des entreprises d’utiliser une partie de leurs encours de trésorerie pour réaliser des opérations de croissance externe. A tous ces facteurs fondamentaux, s’ajoute la forte baisse de la volatilité implicite, plus rapide que prévue.

Pourquoi la baisse de la volatilité est-elle importante pour les marchés actions ?

La volatilité est l’une des principales variables des modèles de gestion du risque des opérateurs sur les marchés financiers. Plus elle baisse et plus les budgets de risque alloués aux actifs risqués, en particulier les actions, sont augmentés. Par ailleurs, on constate historiquement une corrélation négative entre le recul de la volatilité implicite et les flux de souscriptions sur les fonds d’investissements actions. Enfin, dans une perspective de protection tactique, une faible volatilité autorise des stratégies de couverture à faible coût qui peuvent rassurer les investisseurs désireux de revenir stratégiquement sur les actions.

A lire aussi