Nous gardons une exposition crédit longue aux secteurs non cycliques

le 09/02/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Stephen Thariyan, directeur du crédit chez Henderson Global Investors

L'Agefi: Malgré la reprise des marchés du crédit en Europe, Henderson Global Investors est toujours sous-pondéré sur le crédit. Pourquoi?

Stephen Thariyan: Notre sous-pondération reflète notre inquiétude concernant l’environnement macroéconomique mondial et sur la valorisation de la dette financière subordonnée. Cependant, nous continuons à gérer de manière dynamique et notre stratégie de sous-pondération n’est pas figée. Bien que nous considérions que les bilans et les modèles économiques des banques se soient énormément détériorés, les obligations investment grade ont atteint des valorisations attractives et intègrent dans leur cours un niveau de risque de défaut bien trop élevé. Nous avons donc couvert progressivement notre sous-pondération en prêtant à des sociétés qui sont, selon nous, moins impactées par la récession, et qui émettent des obligations peu chères afin de faciliter leurs propres besoins de financement. Cependant, nous restons lucides: le manque de liquidité reste un problème majeur à court/moyen terme et les futures émissions d’investment grade peuvent être encore plus attractives de telle façon que les obligations existantes paraîtraient chères.

Votre position cash est de 1%, quelles sont vos principales expositions crédit?

Nous sommes positionnés afin de bénéficier des opportunités du marché primaire et gardons une exposition longue aux secteurs non-cycliques tels que le tabac, les services publics, la santé ainsi que certaines émissions spécifiques de banques leaders sur leur marché.

A lire aussi