« Nous devrions revoir de nouvelles émissions mais sur des critères stricts »

le 07/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Karsten Rosenkilde, gérant obligataire chez DWS Investments

L’Agefi: Le plan de stabilisation européen va-t-il favoriser la réouverture du marché primaire du crédit ?

Karsten Rosenkilde: Le plan de stabilisation de 750 milliards d’euros de l'UE et du FMI a permis d’éviter le pire sur le marché des obligations corporate en euros et a amené un apaisement de quatre jours, mais cela n’a pas suffi pour que les émissions reprennent. En effet, l’impact positif a été de courte durée, car les diverses mesures d'austérité financière ont provoqué une nouvelle vague de craintes autour de la reprise économique déjà fragile en Europe. De plus, les actions isolées de plusieurs gouvernements européens ont convaincu les marchés que l’Union européenne est incapable d'agir de manière unie et coordonnée.

Malgré le pessimisme, la reprise hors Europe est en bonne voie, les entreprises ont nettoyé leurs bilans et disposent de niveaux de fonds propres satisfaisants. Enfin, il semblerait que l'argent est là et n’attend plus que d’être investi dans les marchés du crédit. Après quelques jours de calme, nous devrions revoir de nouvelles émissions, mais sur des critères stricts; un secteur non-cyclique et défensif, de préférence en dehors de la zone méditerranéenne et, bien entendu, à des prix moins élevés que sur le marché secondaire. Si ces premières émissions réussissent, le marché devrait ensuite être prêt pour des émissions plus risquées.

Dans ce contexte, quelle classe d’actif jouez-vous ?

Dans le domaine du crédit, nous préférons des échéances à court terme, jusqu'à trois ans, à la fois pour les financières et les corporates. Cela devrait fournir une protection raisonnable si les taux des obligations d’Etat se redressent, ou si nous voyons des signes d'une vente massive du crédit.

A lire aussi