Nous croyons au maintien du statu quo de la BoE jusqu’aux prochaines élections

le 07/12/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Gaëlle Malléjac, responsable de la gestion directionnelle et aggregate chez Groupama AM

L’Agefi : L'inflation a affiché son retour dans la zone euro en novembre. Une poursuite de cette tendance ne risque-t-elle pas de remettre en cause votre scénario de pause monétaire ?

Gaëlle Malléjac: L’estimation préliminaire de l’inflation en zone euro pour novembre montre une hausse de 0,6%, contre 0,4% attendu. Ce retour de l’inflation est tiré par les prix de l’énergie compte tenu d’effets de base importants. Ces derniers vont continuer de tirer l’inflation à la hausse en début d’année, au moins jusqu’à la fin du premier trimestre. Ces effets sur l’inflation sont exogènes et ne remettent pas en cause la baisse de l’inflation sous-jacente que l’on attend pour l’année 2010 dans un contexte de croissance molle, où les surcapacités sont encore importantes et le chômage élevé. Ces chiffres d’inflation ne remettent donc pas en cause notre scénario monétaire, de maintien du taux refi à 1% et de sortie progressive de la BCE de sa politique monétaire non conventionnelle.

Un relèvement des taux est-il pour bientôt outre-Manche ?

Le Royaume-Uni a affiché une croissance encore négative au troisième trimestre. Les statistiques récentes ont sans doute influencé la décision de la Banque d’Angleterre (BoE) d’étendre sa politique d'assouplissement quantitatif, pour 25 milliards de livres supplémentaires jusqu’en février 2010. L’économie britannique devrait retrouver une croissance positive à partir du quatrième trimestre, mais cette dernière devrait rester relativement molle pour l’année à venir. Nous anticipons la fin progressive des mesures de soutien non conventionnelles de la BoE au cours du premier semestre et le maintien d’un statu quo sur les taux jusqu’aux prochaines élections.

A lire aussi