« Nous continuons à miser sur les obligations d’entreprises »

le 22/02/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Stefan Isaacs, gérant de fonds chez M&G

L’Agefi : Quelles peuvent être les répercussions du risque souverain sur le crédit en Europe ?

Stefan Isaacs : Les préoccupations sur le risque souverain portent principalement sur la liquidité et la solvabilité des pays périphériques de la zone euro, ce qui a significativement nourri la hausse du taux de rendement de leurs obligations d’Etat et les «spreads» des CDS. Le manque de contrôle domestique des politiques monétaires a ravivé le débat autour de la monnaie unique et du risque de rupture des pays de l’Union européenne. Comme les pays périphériques de la zone euro vont sans aucun doute traverser une longue période d’austérité, il est probable qu’au moins quelques-unes de leurs sociétés nationales en partagent le fardeau. En effet, il existe une certaine pression sur les obligations d’entreprises, qui ont cependant continué à surperformer les obligations d’Etat de leurs pays respectifs. Bien que cela puisse paraître contre-intuitif, plusieurs de ces émetteurs ont diversifiés leurs sources de revenus et ont significativement assaini leur bilan.

Dans ce contexte, surpondérez-vous toujours la classe d’actif ?

Avec les plus petites économies européennes qui affrontent des problèmes de dette, les obligations d’Etat des économies européennes plus larges et stables peuvent bénéficier de leur statut «de refuge» par rapport aux pays périphériques plus volatils. Cependant, je continue de miser sur les obligations d’entreprises pour plusieurs raisons : les «spreads» restent à des niveaux élevés, les taux de défaut ont sans doute atteint leur sommet et les investisseurs sont récompensés de leur prise de risque avec des bons taux de rendement sur les obligations d’entreprise.

A lire aussi