Le marché du travail américain envoie des signaux mitigés

le 08/02/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En janvier, les Etats-Unis ont détruit 20.000 postes, tandis que le taux de chômage lui est passé en un mois de 10 % à 9,7 %

Signaux contrastés pour l'emploi américain. Vendredi, le département du Travail a annoncé, pour le premier mois de l’année, 20.000 pertes d’emplois hors secteur agricole. Beaucoup moins que les 150.000 suppressions de postes de décembre (contre 85.000 emplois perdus en première estimation).

Certains ont salué ce léger mieux. «L’amélioration progressive des conditions sur le marché du travail se confirme. La baisse des effectifs non agricoles en moyenne mobile sur trois mois n’était plus que de 35.000, alors qu’elle était nettement supérieure à 700.000 tout au long du premier trimestre 2009», note BNP Paribas. D’ailleurs, le secteur des services a créé 40.000 postes le mois dernier après en avoir supprimé 96.000 en décembre. Dans le secteur manufacturier, les embauches ont augmenté de 11.000. La première progression depuis janvier 2007. En revanche, la chute des effectifs dans la construction a atteint le nombre de 75.000, le déclin le plus fort depuis juillet.

Ces chiffres n'ont en tout cas pas suffi à rassurer les marchés qui, dans l'ensemble, tablaient sur 5.000 créations d'emplois. Conséquence, les indices boursiers mondiaux, notamment européens, ont accentué leur chute vendredi après midi à la lecture de ces statistiques, malgré d'autres signes encourageants comme l'horaire hebdomadaire moyen, qui a légèrement augmenté le mois dernier, à 33,3 heures - son plus haut niveau sur un an - contre 33,2 en décembre.

Enfin si le taux de chômage, tombé à 9,7% contre 10,1% attendu et 10% en décembre peut être vu comme un signe positif, les économistes l'attribuent plutôt à la baisse de la population active qu'à une amélioration du marché du travail.

A lire aussi